Corpus de textes pour l’atelier “Ronsard en placard”

On trouvera ici les références bibliographiques et les textes proposés comme corpus de travail pendant les séances de l’atelier “Imprimer un livre à la Renaissance. Ronsard en placard” menées en février 2024 avec un groupe d’étudiants issus des M2 du Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) et du département d’Histoire de l’art de l’Université de Tours.

Dernière mise à jour : 12 février 2024


Petite anthologie ronsardienne

Les références bibliographiques des textes de Ronsard sont prioritairement données dans l’édition des Œuvres complètes de Paul Laumonier [Lm.]. C’est également cette édition qui fournit les transcriptions ci-dessous. Toutefois une référence à l’édition de la Pléiade est parfois donnée entre crochets, en particulier dans le cas d’importantes variantes entre les deux états de textes. Les liens éventuellement indiqués sous les références bibliographiques pointent vers une numérisation en ligne de l’édition Laumonier correspondante. Peuvent éventuellement leur être ajoutés, entre crochets, des liens supplémentaires, vers un exemplaire de l’édition source suivie par Laumonier ou vers d’autres transcriptions, potentiellement dans d’autres leçons des textes.

***

Fai refreschir le vin, de sorte
Qu’il passe en froideur le glaçon
Page, et que Marguerite apporte
Son luc pour dire une chançon,
Nous ballerons tous trois au son,
Et di à Cassandre qu’el’ vienne
Les cheveus tors à la façon
D’une follatre Italienne.

Ne sen-tu que le jour se passe
Et tu ne te vas point hastant,
Qu’on verse du vin en ma tasse,
A qui le boirai-je d’autant ?
Pour ce jourdui je suis contant
Q’un homme plus fol ne se treuve,
Aiant reveu celui que tant
J’ai conneu seur ami d’épreuve.

     Heureus jour retourné,
A tout jamais j’aurai de toi memoire,
Et d’an, en an, je chanterai la gloire
De l’honneur en toi né.

     Sus page vistement
Donne ma lire, affin que sur sa chorde
D’un pouce dous je marie et accorde
Ce beau jour sainctement.

     Sème par la maison
Tout le tresor des prez et de la pleine,
Le lis, la rose, et cela dond est pleine
La nouvelle saison :

     Et crie au temple aussi,
Que le soleil ne vit oncques journée
Qui fust de gloire, et d’honneur tant ornée
Comme il voit ceste ci.

Telle qu’elle est, dedans ma souvenance
Je la sen peinte, et sa bouche, et ses yeus,
Son dous regard, son parler gratieus,
Son dous meintien, sa douce contenance.

Un seul Janet, honneur de nostre France,
De ses craïons ne la portrairoit mieus,
Que d’un Archer le trait ingenieus
M’a peint au cœur sa vive remembrance.

Dans le cœur donque au fond d’un diamant
J’ai son portrait, que je suis plus aimant
Que mon cœur mesme. O sainte portraiture,

De ce Janet l’artifice mourra
Frapé du tans, mais le tien demourra
Pour estre vif apres ma sepulture.

Tandis que tu vivois, Mernable,
Tu n’avois ni maison, ne table,
Et jamais, pauvre, tu n’as veu
En ta maison le pot au feu.
Ores la mort t’est proufitable,
Car tu n’as plus besoing de table,
Ni de pot, et si desormais
Tu as maison pour tout jamais.

Cesse tes pleurs, mon livre, il n’est pas ordonné
Du destin, que moi vif tu reçoives ta gloire :
Avant que passé j’aye outre la rive noire,
L’honneur que l’on te doit ne te sera donné.

Apres mile ans je voi que quelcun étonné
En mes vers de bien loin viendra de mon Loir boire,
Et voiant mon païs à peine voudra croire
Que d’un si petit champ tel poëte soit né.

Pren, mon livre, pren cœur, la vertu precieuse
“De l’homme quand il vit est toujours odieuse :
“Mais apres qu’il est mort chacun le pense un Dieu.

“La rancueur nuit tousjours à ceus qui sont en vie,
“Sur les vertus d’un mort elle n’a plus de lieu,
“Et la posterité rend l’honneur sans envie.

Thiard, chacun disoit à mon commencement
Que j’estoi trop obscur au simple populaire :
Aujourd’hui, chacun dit que je suis au contraire,
Et que je me dements parlant trop bassement.

Toi, qui as enduré presqu’un pareil torment,
Di moi, je te suppli, di moi que doi-je faire ?
Di moi, si tu le sçais, comme doi-je complaire
A ce monstre testu, divers en jugement ?

Quand j’escri haultement, il ne veult pas me lire,
Quand j’escri bassement, il ne fait qu’en médire :
De quel estroit lien tiendrai-je, ou de quels clous,

Ce monstrueux Prothé, qui se change à tous cous ?
Paix, paix, je t’enten bien : il le faut laisser dire,
Et nous rire de lui, comme il se rit de nous.

Je ne veulx plus que chanter de tristesse,
Car autrement chanter je ne pourrois,
Veu que je suis absent de ma maistresse :
Si je chantois autrement, je mourrois.

Pour ne mourir il fault donc que je chante
En chantz piteux ma plaintive langueur,
Pour le despart de ma maistresse absente,
Qui de mon sein me déroba le cueur.

Déjà l’Esté, et Cerez la bledtière,
Ayant son front enceint de son present,
A ramené sa moisson nourriciere
Depuis le temps que mort je suis absent

De ses beaux yeux, dont la lumiere belle
Seule pourroit garison me donner,
Et si j’estois là bas en la nacelle
Me pourroit faire en vie retourner.

Ainsi je voy d’une veüe trompée
Celle qui m’a tout le sens depravé,
Qui dans mes yeux, et dans l’âme frappée
Par force m’a son portrait engravé,

Et soit que j’erre au plus hault des montaignes,
Ou dans un boys, loing de gens et de bruit,
Soit dans des prez, ou parmi les campagnes,
Tousjours à l’œil ce beau portrait me suit.

Si j’apperçoy quelque champ qui blondoie
D’espicz frisez au travers des sillons,
Je pense veoir ses beaux cheveux de soye
Refrisotez en mile crespillons.

Si j’apperçoy quelque table carrée
D’yvoire, ou jaspe applany proprement,
Je pense veoir la voulte mesurée
De son beau front egallé pleinement.

Si le Croissant au premier moys j’advise,
Je pense veoir son sourcy ressemblant
A l’arc d’un Turc, qui la sagette a mise
Dedans la coche, et menace le blanc.

Penses-tu, mon Aubert, que l’empire de France
Soit plus chery du ciel que celuy des Medois,
Que celuy des Romains, que celuy des Gregois,
Qui sont de leur grandeur tombez en decadance ?

Nostre Empire mourra, imitant l’inconstance
De toute chose née, et mourront quelquefois
Nos vers et nos escrits, soient Latins ou François,
“Car rien d’humain ne fait à la mort resistance.

Ah, il vaudroit mieux estre architecte ou maçon,
Pour richement tymbrer le haut d’un ecusson
D’une crosse honorable, en lieu d’une truelle :

Mais dequoy sert l’honneur d’escrire tant de vers,
Puis qu’on n’en sent plus rien, quand la Parque cruelle,
Qui des Muses n’a soin, nous a mis à l’envers ?

Nous partismes tous deux du hameau de Coustures,
Nous passames Gastine et ses hautes verdures,
Nous passames Marré, et vismes à mi-jour
Du pasteur Phelipot s’eslever la grand tour,
Qui de Beaumont la Ronce honore le village,
Comme un pin fait honneur aus fueilles d’un bocage.
Ce pasteur, qu’on nommoit Phelipot le gaillard,
Courtois, nous festoya jusques au soir bien tard.
De là vinsmes coucher au gué de Lengenrie,
Sous des saules plantés le long d’une praerie:
Puis, des le poinct du jour redoublant le marcher,
Nous vismes dans un bois s’eslever le clocher
De Sainct-Cosme, pres Tours, où la nopce gentile
Dans un pré se faisoit au beau millieu de l’isle.

Là Francine dançoit, de Thoinet le souci,
Là Marion balloit, qui fut le mien aussi.
Puis, nous mettans tous deux en l’ordre de la dance,
Thoinet tout le premier ceste pleinte commence.

D’age en age suivant, au retour de l’année,
Nous aurions pres le temple une feste ordonnée,
Non pour faire courir comme les anciens
Des chariots couplez aus jeux olympiens,
Pour saulter, pour luitter, ou de jambe venteuse
Franchir en halettant la carriere poudreuse :
Mais tous les jouvenceaux en païs d’alentour,
Touchez au fond du cœur de la fleche d’amour,
Aiant d’un gentil feu les ames allumees,
S’assembleroient au temple avecques leurs aimées,
Et là, celui qui mieus la bouche poseroit
Sur la bouche amoureuse, et qui mieus baiseroit,
Ou soit d’un baiser sec, ou d’un baiser humide,
D’un baiser court ou long, ou d’un baiser qui guide
L’ame de sur la levre, et laisse trespasser
Le baiseur, qui ne vit sinon que du penser,
Ou d’un baiser donné comme les colombelles,
Lors qu’ils se font l’amour de la bouche et des aisles.
Celui qui mieux seroit en ses baisers apris,
Sur tous les jouvenceaux emporteroit le pris,
Seroit dit le veinqueur des baisers de Cythere,
Et tout chargé de fleurs s’en iroit à sa mere.

Puisse arriver, apres l’espace d’un long age,
Qu’un esprit vienne à bas, sous l’amoureus ombrage
Des Myrthes, me conter que les ages n’ont peu
Effacer la clarté qui luist de nostre feu,
Mais que de voix en voix, de parolle en parolle,
Nostre gentile amour par la jeunesse volle,
Et qu’on aprent par cœur les vers et les chansons
Que j’ay tissu pour vous en diverses façons,
Et qu’on pense amoureus celui qui rememore
Vostre nom et le mien, et nos tumbes honore.

Or les Dieus en feront cela qu’il leur plaira,
Si est-ce que ce livre apres mille ans dira
Aux hommes, et aux tems, et à la renommée
Que je vous ay six ans plus que mon cœur aimée.

Donc, suivant ma nature aux muses inclinée,
Sans forcer autrepart ma propre destinée,
J’enrichi nostre France, et pris en gré d’avoir,
En servant mon pays, plus d’honneur que d’avoir.

Toy, L’Escot, dont le nom jusques aux astres vole,
En as bien faict ainsi, car estant à l’escole
Jamais on ne te peult ton naturel forcer,
Que tousjours avecq’ l’ancre on ne te vist trasser
Quelque belle peinture, et ja fait geomettre,
Angles, lignes et poincts sur une carte mettre :
Puis estant parvenu au terme de vingt ans,
Tes esprits courageux ne furent pas contans
Sans doctement conjoindre avecques la peinture
L’art de mathematique, et de l’architecture,
Où tu es tellement avecq’ honneur monté,
Que le siecle ancien est par toi surmonté.

Telz vers sont merveilleusement propres pour la Musique, la lyre et autres instrumens : et pour ce, quand tu les appelleras lyriques, tu ne leur feras point de tort, tantost les allongeant, tantost les accoursissant, et apres un grand vers un petit, ou deux petitz, au choix de ton oreille, gardant tousjours le plus que tu pourras une bonne cadence de vers propres (comme je t’ay dict au paravant) pour la Musique, la lyre et autres instrumens. Tu en pourras tirer les exemples en mille lieux de noz Poëtes François. Je te veux aussi bien advertir de hautement prononcer tes vers, quand tu les feras, ou plus tost les chanter, quelque voix que puisses avoir, car cela est bien une des principales parties que tu dois le plus curieusement observer.

Deux sortes il y a de mestier sur le mont
Où les neuf belles Seurs leurs demeurances font :
L’un favorise à ceux qui riment et composent,
Qui les vers par leur nombre arrengent et disposent
Et sont du nom de vers dicts versificateurs :
Ils ne sont que de vers seulement inventeurs,
Froids, gelez, et glacez, qui en naissant n’apportent
Sinon un peu de vie, en laquelle ils avortent :
Ils ne servent de rien qu’à donner des habits
A la cannelle, au succre, au gingembre, et au ris :
Ou si, par trait de temps, ils forcent la lumiere,
Si est-ce que sans nom ils demeurent derriere,
Et ne sont jamais leus, car Phebus Apollon
Ne les a point touchez de son aspre éguillon.
Ils sont comme apprentis, lesquels n’ont peu atteindre
A la perfection d’escrire ny de peindre :
Sans plus ils gastent l’encre, et broyant la couleur
Barbouillent un portrait d’inutile valeur.

Les Dames sont benignes de nature,
Ayez pitié de ces beaux vers qui font
De vostre livre enfler le premier front,
Et leur donnez un peu de couverture.

Ces vers gravez icy plus fort que dans le cuivre
Sont plus propres à vous qu’au Soleil la splendeur,
Le pesant à la Terre, à la Mer la froideur,
A l’Air l’agilité, qui le monde fait vivre.

C’est pourquoy je ne veux autre sujet poursuivre
Que celuy de ces vers, les flesches et l’ardeur,
Traitz, attraitz, feux et rais qu’Amour par sa grandeur,
En vous faisant honneur, respand dedans ce livre.

Heureuses mille foix, rimes si bien escrites,
Que j’ay cent et cent fois en cent sortes redites,
Les premiers passetemps de ma douce jeunesse.

Perles et diamans, les flames, les glaçons,
Ces motz mignards, ces rais, sont les jeunes chansons
Qu’à vingt ans je chantois pour fleschir ma Maistresse.

Disant ainsi, ce Prince retourna :
En son palais long temps ne sejourna
Sans liberal envoyer au rivage
Trente moutons, six beufs de grand corsage
Gras, bien charnus, quinze barraux de vin,
Coupes, habits, et chemises de lin,
Pour festoier, et couvrir ceste bande
A qui la faim outrageuse commande :
“Rien n’est meilleur pour l’homme soulager
“Apres le mal que le boire et manger.

Eux affamez ces viandes ravirent
Qui d’une autre ame au besoin leur servirent,
Resjouissant la force de leurs corps,
“Car le manger rend les hommes plus forts.

  • Ronsard, Sonets pour Helene, sonnet 26, Lm. 172, p. 217 [éd. Pléiade t. I, p. 359].

Cent et cent fois le jour l’Orange je rebaise,
Et le palle Citron qui viennent de ta main,
Doux present amoureux, que je loge en mon sein,
Pour leur faire sentir combien je sens de braise.

Quand ils sont demi-cuits, leur chaleur je r’appaise,
Versant des pleurs dessus, dont triste je suis plein :
Et de ta mauvaistié avec eux je me plain,
Qui cruelle te ris de me voir à mal-aise.

Oranges et Citrons sont symboles d’Amour :
Ce sont signes muets ; que je puis quelque jour
T’arrester, comme fit Hippomene Atalante.

Mais je ne le puis croire : Amour ne le veut pas,
Qui m’attache du plomb pour retarder mes pas,
Et te donne à fuyr des ailes à la plante.

Tandis que vous dansez et ballez à vostre aise,
Et masquez vostre face ainsi que vostre cœur,
Passionné d’amour, je me plains en langueur,
Ores froid comme neige, ores chaut comme braise.

Le Carnaval vous plaist : je n’ay rien qui me plaise
Sinon de souspirer contre vostre rigueur,
Vous appeller ingrate, et blasmer la longueur
Du temps que je vous sers sans que mon mal s’appaise.

Maistresse, croyez moy, je ne fais que pleurer,
Lamenter, souspirer, et me desesperer :
Je desire la mort, et rien ne me console.

Si mon front, si mes yeux ne vous en sont tesmoins,
Ma plainte vous en serve, et permettez au moins
Qu’aussi bien que le cœur je perde la parole.

Le soir qu’Amour vous fist en la salle descendre
Pour danser d’artifice un beau ballet d’Amour,
Voz yeux, bien qu’il fust nuict, ramenerent le jour,
Tant ils sceurent d’esclairs par la place respandre,

Le ballet fut divin, qui se souloit reprendre,
Se rompre, se refaire, et tour dessus retour
Se mesler, s’escarter, se tourner à l’entour,
Contre-imitant le cours du fleuve de Meandre.

Ores il estoit rond, ores long, or’ estroit,
Or’ en poincte, en triangle, en la façon qu’on voit
L’escadron de la Gruë evitant la froidure.

Je faux, tu ne dansois, mais ton pied voletoit
Sur le haut de la terre : aussi ton corps s’estoit
Transformé pour ce soir en divine nature.

Comme de cent beautez la vostre se varie,
Ce livre qui vous est humblement dedié,
Est de mille sujets differents varié,
Telles qu’on voit en May les fleurs d’une prairie.

J’ay vostre Royauté pour defense choisie,
Afin que mon labeur ne soit point oublié,
Ny du peuple repris, mordu ny envié,
Tant vostre Majesté luy donnera de vie.

Madame, je sçay bien que ce petit Tableau
Que je sacre à voz pieds, n’est ni riche ni beau :
Vous seule en estes cause, ô beauté nompareille !

Quand je voy de vos yeux les feux estinceller,
Tant s’en faut que je puisse ou escrire, ou parler,
Que je deviens rocher de crainte et de merveille.

  • Pièces diverses attribuées à Ronsard, “De la joie et de la tristesse” [discours prononcé en présence de Henri III], Lm. 182, p. 470-479
    • première partie : p. 474-475, l. 70-88 [voire 70-85 : “…doucement le sens de la veue”].

Plaisir n’est autre chose qu’un doux, gratieux et amiable mouvement, amy et familier de nature qui agite, pousse et incite les sens, lesquels sens sont le voir, l’oyr, le fleurer, le gouster et le toucher, c’est à dire quand les sens sont doucement et amiablement poussez de quelque sujet.

Quand vous voyez, Sire, un excellent tableau du Flaman bien proportionné où les couleurs sont bien mises et les lineamens bien tirez, et que les parties de la peinture par une belle et ingénieuse symmetrie se rapportent bien l’une à l’autre, avecques un air et perspicacité qui vous contraint soudain de l’admirer, et tout ravy le contempler et atacher vos yeux sur la peinture, telle peinture vous plaist, vous agree et, s’il faut parler ainssi, vous chatouille, pource que le sujet  qui se presente à vos yeux est bien proportionné, vous esmeut et agite amyablement et doucement le sens de la veue. Au contraire quand vous voyez un monstre et une horrible laydeur et hideuseté, tel objet hideux et horrible qui n’est point amy de nature vous desplaist infiniment.

    • seconde partie : p. 475-476, l. 89-105.

Quand vous oyez un luth bien accordé, d’autant que ce doux accord et douce symfonie des cordes artificiellement poussées d’une docte main vous esmeuvent et agitent le sens de l’ouye doucement, vous estes tout resjouy. Au contraire quand vous oyez un asne braire et un grand bruit de cloches ou bien d’un torrent, cette conffussion de vehemence et violence, qui n’est point amie de nature, vous fache et desplaist.

Quand vous touchez quelque chose de mol, de doux, de delicat, d’autant que ce doux toucher est amy de nature, il vous est à plaisir, ou quand vous touchez quelque chose espineuse et raboteuse ou quelque escaille de poisson rude et aspre, d’autant que cela vous est facheux au toucher, en lieu de vous aporter plaisir, il vous aporte une douleur. Autant en est il des autres sens.

Or le plaisir se prend par trois sortes, par l’espérance, par la fruition et par la souvenance.

  • Pièces diverses attribuées à Ronsard, “Preface au roy” [liminaire au livre de Meslange contenant six vingtz chansons…, 1560], Lm. 182, p. 486-487, l. 98-123 [voire 105-123 : “Aussi les divines fureurs…”].

Il ne faut aussi que vostre Magesté s’esmerveille si ce livre de mellanges lequel vous est tres humblement dedié par voz treshumbles et tresobeissans serviteurs et Imprimeurs Adrian le Roy, et Robert Ballard, est composé des plus vieilles chansons qui se puissent trouver aujourd’huy, pource qu’on a tousjours estimé la Musique des anciens estre la plus divine, d’autant qu’elle a esté composée en un siecle plus heureux, en moins entaché des vices qui regnent en ce dernier age de fer. Aussi les divines fureurs de Musique, de Poësie, et de paincture, ne viennent pas par degrés en perfection comme les autres sçiences, mais par boutées et comme esclairs de feu, qui deça qui dela apparoissent en divers pays, puis tout en un coup s’esvanouissent. Et pource, Sire, quand il se manifeste quelque excellent ouvrier en cet art, vous le devez songneusement garder, comme chose d’autant excellente, que rarement elle apparoist. Entre lesquelz se sont depuis sic ou sept vingtz ans eslevez, Josquin des prez, Hennuyer de nation, et ses disciples Mouton, Vuillard, Richaffort, Janequin, Maillard, Claudin, Moulu, Jaquet, Certon, Arcadet. Et de present le plus que divin Orlande, qui comme une mouche à miel a cueilly toutes les plus belles fleurs des antiens, et outre semble avoir seul desrobé l’harmonie des cieux pour nous en resjouir en la terre surpassant les antiens et se faisant la seule merveille de nostre temps.


Petite anthologie péri-ronsardienne

Il paraît, Laumonier, qu’on veut faire revivre
Les traits du Vendômois sur la pierre ou le cuivre,
Comme si, hier encor épars et rué bas,
Maugré tes doctes soins il ne revivait pas !
C’est toi qui dans sa main la Lyre restitue,
Faite grégeoisement du test d’une tortue,
Pareille à celle-là du Chantre Téïen,
Célébrante l’Amour, les Roses et le Vin.
C’est ton pinceau trempé dans la couleur vermeille
Qui reteint en cinabre et le nez et l’oreille,
Le fardant si gaillard qu’on dirait qu’en Hercueil
Il a humé le piot sous les ormes du breuil ;
C’est ton pieux ciseau, sur la matière fruste,
Qui retaille à son front le feuillage d’Auguste,
Et rend comme encor prête au baiser florentin
La bouche qui priait qu’on se levât matin.

    • colophon :

Achevé d’imprimer

En l’honneur de Ronsard, Poète Vendômois,
Ce livre fut tiré le 26 de ce mois
De Mai, qu’on voit la tourtre et son mari s’ébattre,
L’An des gais compagnons Mil neuf cent vingt et quatre,
Par les bons Artisans de Maître DESFOSSÉS,
Dignes d’Alde Manuce et des siècles passés.
Ami, si leur travail a pu te satisfaire,
Va porter ta copie au 13, QUAI VOLTAIRE.

Jadis plus d’un amant, aux jardins de Bourgueil,
A gravé plus d’un nom dans l’écorce qu’il ouvre,
Et plus d’un cœur, sous l’or des hauts plafonds du Louvre,
A l’éclair d’un sourire a tressailli d’orgueil.

Qu’importe ? Rien n’a dit leur ivresse ou leur deuil,
Ils gisent tout entiers entre quatre ais de rouvre
Et nul n’a disputé, sous l’herbe qui les couvre,
Leur inerte poussière à l’oubli du cercueil.

Tout meurt. Marie, Hélène et toi, fière Cassandre,
Vos beaux corps ne seraient qu’une insensible cendre
– Les roses et les lys n’ont pas de lendemain –

Si Ronsard, sur la Seine ou sur la blonde Loire,
N’eût tressé pour vos fronts, d’une immortelle main,
Aux myrtes de l’Amour le laurier de la Gloire.

L’on voudroit répondre au printemps,
écouter les secrets des vents
qui chuchotent dans les ramures
et courir, joyeux et dispos,
vers le seigneurial enclos
du cher village des Coutures.

Pourquoi, quand Ronsard nous attend,
sommes-nous, soudain, hésitant ?
Est-ce palôte couardise ?
Pourtant, au profond des bosquets,
sifflottent les rossignolets
et la campagne ronsardise.

Ce n’est qu’un peu de honte au cœur
devant le sourire moqueur
du Poète entre les poètes
et devant son reproche amer
de ne savoir un peu l’aimer
qu’au jour de célébrer ses fêtes.

On doit aux volumes poudreux
chercher les noms de tous les preux
dont le duché fit étalage.
Que ce soit César ou Renaud
pourquoi ne confesser, penaud
que l’on n’en sait pas davantage ?

Mais qui donc ne connait Ronsard
maître es-amours et maître es-art ?
et n’ait à ce seul nom sonore
l’impression (s’il est lettré)
d’un flot de franc soleil entré
par la fenêtre de l’aurore ?

Durant les siècles révolus,
vos “amours” ont été relus
par tant de femmes amoureuses
et par tant d’amoureux garçons
que chacune de vos chansons
fit autant d’heureux que d’heureuses.

  • Régalis Osmonda (alias Joseph Roy), Un jet de flamme. Poèmes neufs sur Ronsard, “Le sonnet de Saint-Côme. (Parodie)”, Tours, Joseph Roy, 1924.

Saint-Côme a son secret ; ses murs ont leur mystère :
Un souvenir mortel dans son cloître moussu…
Les restes de Ronsard sont là, dans ce parterre…
Mais où ? le monde et moi ne l’avons jamais su.

Hélas ! j’aurai passé près d’eux, inaperçu,
Toujours à leurs côtés et pourtant solitaire,
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
La fouillant jusqu’au cœur et n’ayant rien reçu !

Mais l’ombre de Ronsard, à l’âme douce et tendre,
Passera près de moi, tout exprès pour entendre
Mon murmure d’amour élevé sur ses pas…

Au devoir d’au-delà pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle :
Laissez mes os, amis : ne les exhumez pas !

Tours, lundi 19 novembre 1923.

  • Régalis Osmonda (alias Joseph Roy), Un jet de flamme. Poèmes neufs sur Ronsard, “Le Rêve d’Osmonda (sonnet)”, Tours, Joseph Roy, 1924.

Croyez-vous, Tourangeaux, à la métempsycose ?
Que l’âme d’un poète, en effeuillant la rose,
Sur un parfum si doux s’envole au ciel si bleu ?…
Pour vostre esprit si fin, ce rêve n’est qu’un jeu !

Et moi, j’avais rêvé que je troquais ma prose
Pour les vers de Ronsard et que mon âme enclose
En son ombre chantante ardait au divin feu
Qui brûlait tout son cœur et l’élevait à Dieu !

Je m’enivrais par lui de chaque fleur éclose
Et, petit, confondais mon rêve avec sa glose
Et tout mon prosaïsme avec son beau milieu !

Il ne faut jamais croire à ce qu’un poète ose :
Car le songe propose, oui, mais Dieu seul dispose
D’Osmonda Régalis, fol et sans feu ni lieu !

Tours, lundi 19 novembre 1923.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sicard (27 janvier 2024). Corpus de textes pour l’atelier “Ronsard en placard” RonsArt. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://ronsart.hypotheses.org/572


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search