René Puaux, Ode à Ronsard, poète vendômois, 1924

Portrait de René Puaux (1878-1937). [Source : Wikidata]

Puaux René, Ode à Ronsard poète vendômois, Paris, s.n., 1924. Plaquette tirée à 100 exemplaires (165 x 90 mm). L’exemplaire collationné est conservé en collection privée. Il s’agit du no 27, destiné à l’historien et politiste protestant André Siegfried (1875-1959), en poste à la Société des nations (SDN) de 1920 à 1922.

L’ode comporte 270 octosyllabes, répartis en 45 sizains, sur un schéma un peu approximatif mais correspondant globalement à une séquence sur deux ou trois rimes, composée d’un distique à rimes plates suivi d’un quatrain à rimes embrassées (AAB’AAB’ ou AAB’CCB’), respectant l’alternance (les féminines B’ intégrant la graphie -es). Dans notre transcription, nous respectons l’usage des minuscules en début de vers, sauf s’il contrevient à la ponctuation utilisée. Les corrections graphiques ou de ponctuation se font entre crochets.

*

Historien, journaliste et poète protestant, philhéllène actif, René Puaux est aussi empreint, comme en témoigne les vers que l’on va lire, d’une forme de conservatisme nostalgique parfois aigre (“nostre temps se dépoétise” [v. 27] ; “On ne sait plus le sens des mots” [v.58]) ainsi que d’un nationalisme l’éloignant manifestement des formes artistiques les plus contemporaines qu’il connaît, mais juge avec sévérité – du style d’Aragon (“L’on subit un troublant jargon / qui sent le bouvier d’Aragon” [v. 79-80] – référence à ses dadaïstes Aventures de Télémaque, 1922 ?)  au Bal nègre (“un éthiopien / tournant, en hurlant, ses crécelles” [v. 131-132]) – et qui lui font voir en Ronsard une figure tourangelle, gauloise et française, propre à s’opposer à tout ce qui pourrait être relever d’une origine aussi bien germanique – en 1924, les souvenirs de la Grande guerre sont encore vifs – que “métèque” [v. 157].

On notera que René Puaux signe, quelques mois après cette composition de circonstance, un article consacré à “L’Exposition de Ronsard et son temps” dans les pages Actualités du Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (vol. 74.1, 1925, p. 94-97). Ce compte-rendu témoigne de son souci de concilier, au prix sans doute de quelques acrobaties, la célébration de Ronsard – poète dont il partage le goût pour l’antiquité grecque, dont il apprécie la (prétendue) généalogie balkanique mais au sujet duquel il occulte opportunément la querelle qui l’opposa aux Réformés au début des années 1560 – avec une sorte de réhabilitation des huguenots, dont il déplore que l’influence ait été insuffisamment représentée dans l’exposition de la Bibliothèque nationale de France suivant les festivités du quatrième centenaire de la naissance de Ronsard.


Au loin le soleil levantin
dore Montoire et Lavardin
joyaux du vendômois boccage
et le Loir descend, serpentin,
parmi le souriant jardin
où vient notre pélerinage.

L’on voudroit répondre au printemps,
écouter les secrets des vents
qui chuchotent dans les ramures
et courir, joyeux et dispos,
vers le seigneurial enclos
du cher village des Coutures.

Pourquoi, quand Ronsard nous attend,
sommes-nous, soudain, hésitant ?
Est-ce palôte couardise ?
Pourtant, au profond des bosquets,
sifflottent les rossignolets
et la campagne ronsardise.

Ce n’est qu’un peu de honte au cœur
devant le sourire moqueur
du Poète entre les poètes
et devant son reproche amer
de ne savoir un peu l’aimer
qu’au jour de célébrer ses fêtes.

Ne pas voir serait cécité
que, par trop de plaisirs tenté,
notre temps se dépoétise.
Le vaisseau d’Argo reste ancré
et la route du Bois Sacré
sous l’herbe folle s’imprécise.

Recouvrons de cendre nos fronts ;
Hestia subit les affronts
de vains et vicieux Narcisses.
Au chagrin d’Echo son auteur
se plaît, trouvant en chaque pleur
une source de bénéfices.

En ce temps de deshabillé
Euryloche serait raillé
et, jugeant le moment propice,
la fille de Persa vaincrait,
tant la coupe d’or a d’attrait,
jusqu’au sage et prudent Ulysse.

Seigneur de Ronsard, plaignez nous !
L’orgueil a raidi les genoux.
Le damoiseau croit tout connaître
mais du Mont Parnasse il confond
le sommet où rêve A[p]ollon
avec le lieu qui le vit naître.

On se rit des humanités
gênantes inutilités
au chemin hâtif de la gloire,
Et tels arbitres seraient clercs
s’ils devaient citer un seul vers
de vous qui soit en leur mémoire.

Il nous faut aujourd’hui compter
les confesseurs de la beauté
que nous devons aux langues mortes.
On ne sait plus le sens des mots.
Les verbes souffrent mille maux.
Les Barbares sont à nos portes.

Des êtres masqués vont courant
sur les routes, en célébrant
d’un engin les bruits monotones
et, passant, ne regardent plus
fleurir aux courbes des talus
les offrandes des anémones.

L’archerot s’est-il endormi ?
L’œgipan délaissé gémit
auprès de la nymphe orpheline
dont le timide et chaste bain
n’est plus guetté par le sylvain
aux clairs ruisselets de Gastine.

On fait des planches de cercueil
du pin bien aimé de Bourgueil
autour duquel dansait le Faune,
et l’Oréade a deserté
l’abri jusque là respecté
du boccage de la Neuffaune.

L’on subit un troublant jargon
qui sent le bouvier d’Aragon.
Toute syntaxe étant bannie,
on ne sait plus, sans l’abîmer,
conjuguer le doux verbe aimer ;
L’amour même entre en agonie.

L’on s’entretient tant haut que bas
matin et soir des durs combats
dont l’argent est l’impure Hélène
et le monde entre-déchiré
n’entend pas le Dies iræ
qui sur ses fautes ses fautes se déchaine.

Revenez, Seigneur de Ronsard,
Venez avant qu’il soit trop tard
et que toute beauté soit morte.
Des lettres tendre jardinier
daign[ez] replanter le rosier
qui fleurit le pas de la porte.

Trainez Cupidon délinquant
au seuil du collège toscan
où s’apprend à rester fidèle
et remontrez lui qu’ici-bas
le bonheur ne se trouve pas
sans le frémissement d’une aile.

Étreignez d’une gente main
tous ceux dont le savoir humain
a perdu la source hellénique.
Conduisez-les vers le jardin
d’Amathonte où sur un dauphin
Cypris apparut véridique.

Menez-les, délaissant Paphos,
aux ombrages d’Académos
transparents de soleil attique[.]
Aux porteurs de lyre apprenez
le beau symbole d’Arachné
la brodeuse mélancolique.

Faites goûter le suc nouveau
qui bouillonne au cep tourangeau
pour enluminer la prunelle
du convive et du vigneron
comme jamais ne le pourront
tous les grapillons de Moselle.

Ramenez au bon vieux terroir
que baigne en chantant votre Loir
caché par ses vertes saulaies,
jouvencelles et jouvenceaux
quittant leurs citadins cachots
pour l’ombre complice des laies.

Dites-leur que l’on danse mieux,
d’un pied plus léger et joyeux,
dans un pré fleuri d’asphodèles
comme au doux temps virgilien
qu’auprès d’un éthiopien
tournant, en hurlant, ses crécelles.

Montrez-leur le joli recueil
des gallicismes dont l’accueil
fit savoureuse votre langue.
Rendez-leur les mots nouvelets
pour remplacer les termes laids
dont se dépare leur harangue.

Parti d’un Balkan incertain
en un temps que l’on dit lointain
la Gaule accueillit vos ancêtres
mais fit de vous un vrai Gaulois
ainsi qu’en les jardin parfois
s’épanouissent fleurs champêtres.

D’Hellade ainsi vint récemment
un chanteur qui fut un amant
du bel ornement de la stance,
apportant un rameau fané
de la verte et pure Daphné
afin qu’il refleurit en France.

Aidez-nous à chasser Midas
du temple où s’installe Augias
assassin des littératures.
Faites revivre Villeroy
et le galant et fin tournoi
où s’affrontent les lettres pures.

Que soit, au métèque, escarpé
l’abord du vallon de Tempé
et qu’en paix Apollon y dorme.
Peut-on, avec placidité,
voir le Musagète insulté
par un verbe cunéiforme ?

A tous ceux qui font imprimer
apprenez qu’il faut estimer
la tisserande Pénélope.
Aux élus du peuple ignorants,
mais pompeux comme cathédrants[,]
montrez l’autel de Calliope.

D’un verbe sans ménagement
redites à tous qu’est dément
le magister d’intolérance
mais célébrez le menestrel
touchant le luth universel
pour les seuls vieux refrains de France.

Faites la guerre aux citadins
étouffant aux maigres jardins
où leur esprit se ratatine.
Baillez leur par comparaison
la splendeur d’un grand horizon
baigné d’une clarté matine.

Tous vos sonnets et vos amours
seraient sevrés de leurs atours
s’ils n’étaient sertis de nature.
Vos vers n’ont-ils pas empruntés,
mêlant la grâce à la Beauté,
aux lys des champs leur ciselure ?

Comment d’ailleurs comprendrait-on
Adonis, Phebé, Phaéton,
le sens de la métamorphose
loin des bois, des prés, des ruisseaux,
du ciel où passent les oiseaux
dans un matin de printemps rose ?

Nul ne chanta si bien que vous
l’amour si doucettement doux
quand il s’exprime  à la française
et dit, aves des mots charmants,
les émois de tous les amants
que le moinde sourire apaise.

Mais cela, Seigneur Ronsard[,]
ce parfum sain et campagnard
dont toute votre œuvre s’embaume
vous l’avez, votre Horace en mains,
trouvé sur le bord des chemins
de la campagne de Vendôme.

On sent que votre Muse a bu
le vin capiteux de Sabut
en couronnant son front de roses,
qu’elle écouta le rossignol
tandis qu’elle suivait le vol
des hirondelles virtuoses.

Elle enseigna que rien n’est beau
depuis la naissance au tombeau
dont Cypris ne soit créatrice
Votre amour, par elle dicté,
a su, franchissant le Lethé,
muer Marie en Eurydice.

Vous avez, Seigneur de Ronsard[,]
illustré le fief des Bouchard
bien mieux que d’estoc et de taille.
Votre gloire est de tel aloi
qu’en serait jaloux chaque roi
sorti d’une heureuse bataille.

On doit aux volumes poudreux
chercher les noms de tous les preux
dont le duché fit étalage.
Que ce soit César ou Renaud
pourquoi ne confesser, penaud
que l’on n’en sait pas davantage ?

Mais qui donc ne connait Ronsard
maître es-amours et maître es-art ?
et n’ait à ce seul nom sonore
l’impression (s’il est lettré)
d’un flot de franc soleil entré
par la fenêtre de l’aurore ?

Durant les siècles révolus,
vos “amours” ont été relus
par tant de femmes amoureuses
et par tant d’amoureux garçons
que chacune de vos chansons
fit autant d’heureux que d’heureuses.

Et même le barbon cassé
étant à demi trépassé
grâce à vous reprend souvenance
du temps qu’il se croyait aimé
et son vieux cœur est ranimé
par cette goutte de Jouvence[.]

Mêlant, par votre gai s[ç]avoir,
Castalie aux sources du Loir,
faisant de Vendôme une Athènes,
il est juste que votre nom
soit au fronton du Parthénon
comme aux vendômoises fontaines.

Mais voici longtemps bavardé
et dans votre enclos musardé
comme une vieille connaissance.
Le prétexte était trop ten[t]ant.
Sait-on jamais, en se quittant,
les desseins de la Providence ?

De quoi demain sera-t-il fait ?
votre disciple ne le sait
et n’a de le savoir envie.
Cet instant près de vous passé,
ce poème pour vous tissé
ne sont-ils roses de sa vie ?

Cher Seigneur de Ronsard, veuillez
parmi ces bouquets effeuillés
choisir une fleur qui vous plaise.
Bien qu’humble et frêle entre vos doigts
elle aura parfum vendômois
étant une rose française.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sicard (28 janvier 2024). René Puaux, Ode à Ronsard, poète vendômois, 1924. RonsArt. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://ronsart.hypotheses.org/515


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search