Fernand Fleuret, Le Triomphe du pin de Bourgueil. Discours à Paul Laumonier Historien de Ronsard Poète Lyrique, 1924

Fleuret Fernand, Le Triomphe du pin de Bourgueil, dix cours à Paul Laumonier, historien de Ronsard, poète lyrique, Paris, Garnier frères, 1924. L’exemplaire collationné est conservé à la bibliothèque de l’Arsenal sous la cote PO-29361.


Je plante en ta faveur cest arbre de Cybelle
Ce Pin où tes honneurs se liront tous les jours :
J’ay gravé sur le tronc nos noms et nos amours,
Qui croistront à l’envy de l’escorce nouvelle.

Faunes, qui habitez ma terre paternelle,
Qui menez sur le Loir vos danses et vos tours,
Favorisez la plante et luy donnez secours,
Que l’Esté ne la brusle et l’Hyver ne la gelle.

(I. Livre des Sonnets pour Hélène).

Adieu Atys, si ceste vieille fable
Que je te chante, au cœur t’est agréable,
Je ne requiers pour tout loyer sinon
Qu’au vent ton Pin puisse entonne mon nom.
Me chante donc la cyme non muete
D’un Pin sifflant, non un mauvais Poète
Car j’aime mieux ses sifflemens divers
Que le froid son de quelques méchans vers.

(I. Livre des Poèmes).


Il paraît, Laumonier, qu’on veut faire revivre
Les traits du Vendômois sur la pierre ou le cuivre,
Comme si, hier encor épars et rué bas,
Maugré tes doctes soins il ne revivait pas !
C’est toi qui dans sa main la Lyre restitue,
Faite grégeoisement du test d’une tortue,
Pareille à celle-là du Chantre Téïen,
Célébrante l’Amour, les Roses et le Vin.
C’est ton pinceau trempé dans la couleur vermeille
Qui reteint en cinabre et le nez et l’oreille,
Le fardant si gaillard qu’on dirait qu’en Hercueil
Il a humé le piot sous les ormes du breuil ;
C’est ton pieux ciseau, sur la matière fruste,
Qui retaille à son front le feuillage d’Auguste,
Et rend comme encor prête au baiser florentin
La bouche qui priait qu’on se levât matin.

Or donc, fèvre subtil, si ton labeur nous donne
Non le pédant grison qu’enseignait la Sorbonne,
Mais un Ronsard bachique, amoureux et Gaulois,
Par sus tout Gentilhomme, et l’honneur des Valois :
Qu’on ne vienne dresser au milieu d’une place
Ce Génie en risée à notre populace,
Soit qu’albâtre il s’égale au Poète des Nuits,
Qui dans Gaster enflé sent bouillonner des muids ;
Soit que bronze, semblable au Père des Burgraves,
Il paraisse entouré de gotons scandinaves.

S’on le veut honorer, qu’on déplante l’orgueil
D’un pin de Loire, un pin florissant à Bourgueil,
Et que, d’un grave pas de cinquante journées,
Le tirent sur un char dix bêtes encornées.
Oh, le gentil cortège ! et que n’est-il pareil
Au train Bassaréan, à l’Indois appareil,
Quand Lénée aime-vin nous rapporta d’Asie
La féconde liqueur, mère de Poésie !

Toutefois, nous verrons, nous qui voyons les Dieux
Non par les yeux charnels, mais par les autres yeux,
Nymphes et Chèvre-pieds, Silènes et Tityres,
Au passage du Pin déserter leurs empires,
Qui les vieilles forêts, les jeunes boqueteaux,
Qui les fleuves marneux et les mirantes eaux,
Qui les vergers, pourpris, enclos et pelus herbages,
Pour honorer Ronsard qui traça leurs images ;
Lui, dont les vers touffus, comme les bois sacrés,
Brillent de chair furtive et de ventres nacrés ;
Lui qui sut rappeler, plein d’Homère et d’Ovide,
Les vieux hôtes divins dans la campagne vide !

Tu les vois, Laumonier : les uns de poils couverts,
Capricieux, cornus, sautèlent de travers,
Bêlent comme les boucs, d’une tremblante haleine,
Et puis, harmonieux la soufflent dans l’aveine ;
Les autres, jusqu’aux reins gainés d’un noir limon,
Dans la conque retorte accroissent leur poumon,
Et tressaillent de peur Dryades et Napées,
De leurs longs cheveux roux timidement drapées.

Vois enfin celle-ci traverser les essarts,
Levant, au lieu de bras, des fourches de feuillards,
Et faire, à gros nuaux, d’une jambe venteuse,
Poudroyer les graviers et la terre aréneuse.
Sous l’écorce, déjà, les seins emprisonnés
Craquèlent, pleins de souffle et de cris forcenés,
Et, comme d’Apollon encore poursuivie,
Elle tourne en courant un visage sans vie.

Dans l’Arbre viateur, comme on écouterait
La fable d’Aédon par le chardonneret,
Les filles d’Anius, en colombes changées,
Bruire d’Agamemnon à petites gorgées ;
Coronis tout en deuil, avec de grands hélas,
Publier d’Apollo, de Neptune et Pallas,
Et comment, curieuse, avant d’être corneille,
Elle vit un secret au fond d’une corbeille ;
Picus, rebroché d’or, toquer le tambourin
Pour marquer la cadence au flageol du tarin
Car n’y aurait oiseau du pays de Vendôme
Qui ne voudrait louer le Prieur de Saint-Côme !
Le linot, le pinson, le verdier, le bouvreuil
Viendraient regringoter sur le Pin de Bourgueil,
Et, quand ils se tairaient, dès la fumeuse brune,
L’un à l’autre accotés dans leur maison commune,
Un altier Rossignol, au coupeau bien assis,
Tel Ronsard au-dessus des chantres obscurcis,
Comme d’un lourd brocart que la perle rebrode,
Laisserait s’égrener les richesses de l’Ode.

Mais je voudrais encor, pour venir aux humains,
Que le char, lentement attraîné par chemins,
Fît retentir Echo de hautbois et de flûtes,
Vèzes, psaltérions, doucines, saquebutes,
Et qu’on chantât aussi, en super et bassus,
A l’antique façon d’Orlando de Lassus,
Beaux motets, vers d’amour, mollissantes délices,
Pour lesquelles laisser il faudrait être Ulysses,
Et qui trairaient à soi toutes gens d’alentour,
Bateliers dessus l’onde, et valets de labour,
Boquillons, artisans, vendangeurs dans la vigne,
Comme si, fabuleux, montait le chant d’un cygne !

Or, irions-nous ainsi, tout soulas et gaîté,
Du Bélier déclinant aux Gémeaux de l’Eté.
Chaque jour, ou s’en faut, les cités, les bourgades
Dépêcheraient vers nous Ballets et Mascarades.
Sur des chevaux cabrés, genets et palefrois,
On verrait Henri-Deux, Charles-Neuf, Henri-Trois,
Au milieu d’étendards, de mousquets et de lances ;
Et l’on verrait encor les feintes ressemblances
De Guise et de Montluc ; et l’on verrait aussi
Joyeuse, l’Hospital, Anne Montmorency,
Les Mignons crêpelés, fardés comme des filles,
Et la presse suivant, escortés de soudrilles,
Tête nue, enchaînés, déchaux, l’air sombre et fol,
Les Huguenots d’Amboise avec la corde au sol.

Carolant à l’envi, la jeunesse bragarde
Ferait ressusciter la Volte et la Gaillarde,
Ou, le chef couronné des fleurs de l’aubépin,
Enchaînerait la ronde autour de notre Pin.
Vois comme à son vieux tronc la lumière s’enroule,
Comme le Vin joyeux détonne, rit et coule,
Prêt de muer, pourtant, un homme en léopard
Contre un autre Penthée, ennemi de Ronsard.
Sans doute est-il par là quelques filles trop belles
Aux bras des contadins pour être des Mortelles,
Et maint Faune, en dansant, découvre des ergots
Sous la toile grossière, au-dessus des sabots.
De jour, vois ces garçons, redoublant de justesse,
Ruer à grands rebras la boule à son adresse,
Ou bien, cochant leur vire, et du prix envieux,
Mirer le papegau de nos ancêtres vieux :
Oh, vois comme enhanants sur la corde ils tirassent,
Comme leurs fronts plissés rechignent et grimacent,
Comme le coup parti, plantés tout de guingois,
Ils suivent la sagette en écartant les doigts !
Jeux des anciens pasteurs, si vous devez renaître,
Prenez aussi Ronsard pour patron et pour maître,
Ronsard qui, par Amour de mille traits percé,
Vit des Roses fleurir au lieu de sang versé,
Des vers d’Anacréon, de Pétrarque parentes,
Et, depuis tant de Roi, encore bien flairantes !

Mais peut-être un enfant, te tirant à l’écart,
Te viendra demander quel était ce Ronsard.
Alors, mon Laumonier, tu sauras lui répondre
De ce ton relevé que tu prends pour semondre :
“Mon fils, ce fut un homme aux jours remplis d’honneurs,
Pour avoir de son temps surmonté les greigneurs,
Les Princes, les Héros, les Césars, les Bartholes,
Les Ministres d’Etat et les saints Apostoles ;
Pour avoir élevé, rien qu’avec des chansons,
Tout un monde nouveau, sans pierres ni maçons ;
Pour avoir, dis-je encor, sans être capitaine,
Du peuple le plus grand agrandi le domaine.
N’est-ce rien, ô mon fils ? et crois que sans ses vers
Son Siècle ne serait que la poudre des vers.
C’est afin qu’un Ronsard puisse toucher la Lyre
Qu’on forge la cuirasse où la Force respire !”

Si quelque bachelette, interdite à son tour,
Demande quelle fut cette Dame d’Amour,
Cette Reine de Cœur, enfin cette Marie,
Dont le chiffre oncial à l’autre s’apparie
Sur un cartouche antique, en entrelacs gémaux,
Elle orra ce discours, tissu de simples mots :
“Enfant, ce n’était rien qu’une humble filandière.
Or, le nom de Marie a vaincu la Poussière,
Entre tant de Renoms, par Fortune élevés,
Que sans mémoire on lit dans la pierre engravés.
Ni le royal profil, ni la blanche statue
Qui sort du fond des temps à nos yeux dévêtue,
Ne renflamment les cœurs d’un bel imaginer
Comme ce nom si doux, dès qu’il vient à sonner !
Bienheureuse sois-tu, si, parmi les Poètes,
Un Luth doré s’exalte à ces tresses blondettes,
Ces yeux vairs et riants, à ce front puéril,
Dusses-tu trépasser dans le trop jeune Avril :
Car, telle Marion, pourtant moindre que Laure,
Ta beauté dans mille ans fera languir encore,
Et, croissant d’âge en âge, aux hommes concevoir
Que tu fus autrefois une Nymphe du Loir !”

Dirai-je, Laumonier, tant de bords et de rives
Où l’Arbre s’est miré dans les eaux fuitives,
Au milieu de piliers, fenêtres à meneaux,
Archivoltes, festons, voussures et créneaux ;
Que de fois j’ai cru voir la Naïade ou l’Ondine,
Pour le fond tapisser d’une grotte marine,
Naufrager ces reflets, les tirant contre-bas,
Ou se jouer parmi, nageuses aux beaux bras ;
Que de fois des Forêts la perruque nouvelle
A salué le Pin de Marie et Cybèle ;
Combien de Murs chenus, longtemps aimés des Lys,
Ont accueilli le Pin de Ronsard et d’Atys ?
Leurs écussons pendus par des nœuds de lierre
Semblent des boucliers flanquant une galère,
Et Seine pourra lire, aux armes des pavois,
Que Tours, Romorantin, Vendôme, Orléans, Blois,
Étampes, Beaugency, Nemours, Corbeil, Amboise,
Ont festié Ronsard d’une sorte courtoise.

Or vis, ô gentil Pin déplanté de l’Anjou,
Sans que jamais les vers, la taupe ou le caillou,
La bêche ni le pic offensent ta racine !
La terre de Paris et la terre Angevine
Se puissent justement à ton pied réunir
Pour te fixer ensemble, ensemble entretenir,
Tels les hommes ici, dans Lutèce marâtre,
Gardant de leur pays la terre opiniâtre !
Or vis, Arbre paisible, Arbre de bon conseil,
Arbre noir, Arbre amer, Arbre au Laurier pareil,
Arbre où fut Apollon revengé du Satyre,
Arbre, donc, où Marsye a saigné son Martyre,
Arbre justicier, Arbre pur, Arbre fort,
Arbre qui pleures l’Ambre épargné par la Mort,
Arbre où Phœbé, le soir, se délecte et s’appuie :
Orthos ! Aime-saisons ! Aime-vents ! Aime-pluie !

Mais que n’ai-je, tantôt, célébrant ton parcours,
Fait voler devant toi Favone et les Amours,
Zétès et Calaïs, légers et diaphanes,
Propices aux départs sur les mers toutes planes ;
Et que mes vers n’ont-ils, par leur fougue entraînés,
Les Tigres et les Ours à ta suite enchaînés :
J’eusse mieux de Ronsard dit la Grâce et la Force,
Son souris, sa douceur, aussi sa rude écorce,
O Pin ! car n’a-t-il pas, de coups plommés et sûrs,
Accravanté les Sots et les Monstres impurs,
Les ennemis du Roi, de la France et de l’Ordre,
Qui n’ont su que rugir, que gâter et que mordre ?
Que n’ai-je à Poliphile emprunté ses pinceaux,
Pour peindre dans un Rêve Amboise et Chenonceaux,
Et, des Palais pompeux charriant les mirages,
La Loire bocagère, éparse en ses bocages !

Bel Arbre, que Ronsard vient peut-être hanter,
Daigne donc m’accueillir et m’apprendre à chanter !
Oui, qu’apprentif encore au long métier des Muses
J’entende tes ramiers gonfler leurs cornemuses,
Comme un doux retentir des hymnes et tensons
Du Chœur Aonien sur les Sommets bessons,
Et qu’au fort de ma tâche ou de ma rêverie,
Je ressente le feu qui brûla pour Marie !

Surtout accueille, ô Pin ! dans la saison des fleurs,
Mes frères mieux-disants, Bergers entre-parleurs,
Pour que du Vendômois tu deviennes le Temple,
Que, de Lui discourant, ils montrent son exemple
A ces jeunes songeards, du noir Laurier épris,
Qui vont mâchant des vers, par l’étude nourris,
Et qu’à ton ombre sainte il s’en forme une troupe,
Croissante chaque année, et chère à Callioupe !
Adonc, ô Pin muet, qui n’eus jamais de voix
Et ne donnas jamais que des pommes de bois,
Comme aux temps anciens fertiles en miracles,
L’Arbre Dodonéan, tu rendrais des oracles,
Et les Sages viendraient, des points de l’Univers,
Cueillir ces mots dorés dessous tes rameaux verts !
Puis, je voudrais encor qu’on fît une Fontaine,
Pour marquer de Ronsard l’abondance et la veine,
Et calmer ces coulons, ces colombelles-ci
Qu’embrase tout le jour un amoureux souci,
Et qui t’ont consacré, t’élisant leur repaire,
Des Poètes français et des Oiseaux le père !

Tu me vois, Laumonier, Dédale ressemblant,
Qui son œuvre achevé n’en sortit que volant.
Je ne sais plus du vrai démêler l’artifice,
Et je t’ai délaissé pour suivre mon caprice !
Mais toi-même, enfermé dans un songe, à l’écart,
Tu m’oubliais déjà, parlant avec Ronsard :
Dis-nous en quel pays la Mort l’a fait descendre,
Où sont Marie, Hélène, et Sinope et Cassandre,
Ou si, comme je crois, désertant les caveaux,
Leurs Ames ne sont pas dans les Astres nouveaux ?
Que j’aimerais, au soir, me dire que, peut-être,
Marion de Bourgueil je pourrai reconnaître
A son éclat limpide, au fond du sombre Azur,
Brillante sur le Pin plus droit et plus obscur,
Et, d’un modeste voile encore enveloppée,
Pâlissant Andromède avec Cassiopée !

Fin


Achevé d’imprimer

En l’honneur de Ronsard, Poète Vendômois,
Ce livre fut tiré le 26 de ce mois
De Mai, qu’on voit la tourtre et son mari s’ébattre,
L’An des gais compagnons Mil neuf cent vingt et quatre,
Par les bons Artisans de Maître DESFOSSÉS,
Dignes d’Alde Manuce et des siècles passés.
Ami, si leur travail a pu te satisfaire,
Va porter ta copie au 13, QUAI VOLTAIRE.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sicard (3 décembre 2023). Fernand Fleuret, Le Triomphe du pin de Bourgueil. Discours à Paul Laumonier Historien de Ronsard Poète Lyrique, 1924. RonsArt. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://ronsart.hypotheses.org/433


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search