Bibliographie et corpus d’étude pour le banquet d’anniversaire

On trouvera ici les références bibliographiques ainsi que les textes, extraits de textes et documents utiles aux préparatifs du banquet d’anniversaire du 11 septembre 2024 menés au cours de l’année universitaire précédente par les étudiants de M1 du parcours Cultures et Patrimoines de l’Alimentation du Centre d’études supérieures de la Renaissance. Cette page a vocation à s’enrichir au fil du travail préparatoire.

Dernière mise à jour : 30 janvier 2024


Petite anthologie ronsardienne

Les références bibliographiques sont données dans l’édition des Œuvres complètes de Paul Laumonier mais, par commodité, les liens pointent pour l’instant vers les textes disponibles en ligne, dans d’autres éditions. La liste répertorie des poèmes de Ronsard qui font mention non seulement de repas, de boissons et de nourriture, mais aussi plus largement de circonstances festives laissant entrevoir quelles formes pouvaient prendre une célébration telle que celle d’un anniversaire. Certains textes réfèrent à des mets ou des ingrédients (miel, lait, sucre, laurier…) dans une acception métaphorique ou symbolique plutôt que comme aliment : ils témoignent néanmoins de la palette olfactive et gustative du poète et c’est la raison pour laquelle nous les retenons, pour la phase initiale du travail.

  • Quatre premiers livres des Odes (1550), Ode I, 6. “Au seigneur de Carnavalet”, [incipit : “Ma promesse ne veut pas / Que ton nom tumbe la bas”], Lm. 1, p. 90-98, , en particulier dernier épode, v. 145-156. [transcription source BVH | Epistemon]

Mais la mienne [lyre] emmiellée
Qui sçait les lois de mon doi,
Aveq’ les flutes meslée
Chassera l’oubli de toi.
Les neuf divines Pucelles
Gardent la gloire chez elles,
Et mon luc qu’els ont fait estre
De leurs secrés le grand prestre,
Bruiant un chant solennel,
Epandra de sus ta face
Le dous sucre de sa grace,
Dont le gout semble eternel.

  • Quatre premiers livres des Odes (1550), Ode I, 8. “La victoire de Gui de Chabot seigneur de Jarnac”, [incipit : “O France mere fertile / D’un peuple à la guerre utile”],  Lm. 1, p. 100-108 [transcription source BVH | Epistemon], en particulier :
    • v. 9-12

De sa langue douce et mole
Il desaigrit son souci,
Et du miel de sa parole
Oignit sa chere ame ainsi.

    • 51-56

Et j’ i gravai la victoire
Que mille ans ne deferont,
Tes vertus et ton audace
Et le dous miel de ta grace
Qui eut désegri la rage
Du plus foible belliqueur[.]

    • v. 92-96

Qu’on chante les nouveaus hinnes
Maisvantez moi les vins vieus :
Ceus qui font les vertus dinnes
Sont engravés dans les cieus[.]

Puissai-je entonner un vers
Qui raconte à l’univers
Ton los porté sus son aile,
Et combien je fu heureus
Suçer le laict savoureus
De ta feconde mammelle.

Sur ma langue doucement
Tu mis au commencement,
Je ne sçai quelles merveilles,
Que vulgaires je randi,
Et premier les épandi
Dans les Françoises oreilles.

Si en mes vers tu ne vois
Sinon le miel de ma vois
Versé pour ton los repaistre :
Qui m’en oseroit blàmer ?
Le disciple doit aimer
Vanter et louer son maistre.

Nul ne peut montrer davant
Qu’il soit expert et sçavant,
Et l’ignorance n’enseigne
Comme on se doit couronner
Et le chef environner
D’une verdoiante enseigne.

Si j’ai du bruit il n’est mien,
Je le confesse estre tien
Dont la sçience hautaine
Tout alteré me treuva,
Et bien jeune m’abreuva
De l’une et l’autre fontaine.

De sa Mere l’apprentif
Peut de son luc deceptif
Tromper les bandes rurales,
Puisse avenir que ma vois
Atire et flate, des Rois
Les grandes mains liberales.

L’honneur nourrist le sçavoir :
Quand l’oeil d’un Prince veult voir
Le Ministre de la Muse,
Phebus lui fait ses leçons,
Phebus aime ses chansons,
Et son luc ne lui refuse.

On ne se travaille point
Aiant un Disciple époint
A vertu des sa naissance,
En peu de jours il est fait
D’apprentif maistre parfait,
J’en donne assés connoissance.

Desçen du ciel, Caliope, et repousse
Tous les ennuis de ce tien nourrisson,
Soit de ton luc, ou soit de ta vois douce,
Ou par le miel qui coule en ta chanson.

Par toi je respire,
C’est toi qui ma lire
Guides et conduis:
C’est toi ma princesse,
Qui me fais sans cesse,
Fol comme je suis.

Certenement avant que né je fusse,
Pour te chanter tu m’avois ordonné:
Le ciel voulut que cette gloire j’usse,
D’estre ton chantre avant que d’estre né.

La bouche m’agrée,
Que ta vois succrée
De son miel a peu [= a nourri] :
Laquelle en Parnase
De l’eau de Pegase
Gloutement a beu.

Cassandre ne donne pas
Des baisers, mais des apas
Qui vont nourrissant mon ame,
Cela dont les dieus sont souls,
Du nectar, du sucre dous,
De la cannelle, et du bame,

Du tin, du lis, de la rose,
Desus ses levres déclose
Fleurante en toutes saisons :
Et du miel, tel qu’en Hymette,
Ou pres d’Athenes, l’avette
A fait riches ses maisons.

Fai refreschir le vin, de sorte
Qu’il passe en froideur le glaçon
Page, et que Marguerite apporte
Son luc pour dire une chançon,
Nous ballerons tous trois au son,
Et di à Cassandre qu’el’ vienne
Les cheveus tors à la façon
D’une follatre Italienne.

Ne sen-tu que le jour se passe
Et tu ne te vas point hastant,
Qu’on verse du vin en ma tasse,
A qui le boirai-je d’autant ?
Pour ce jourdui je suis contant
Q’un homme plus fol ne se treuve,
Aiant reveu celui que tant
J’ai conneu seur ami d’épreuve.

  • Quatre premiers livres des Odes (1550), Ode II, 14. “A Jan de La Hurteloire”, [incipit : “Si l’oiseau qu’on voit amener”],  Lm. 1, p. 214-216, en particulier v. 29-32. [transcription source BVH | Epistemon]

Apres l’estude il faut qu’on lave
L’esprit des lettres perissant,
D’un vin de reserve, en la cave
Par quatre ans au fust languissant.

  • Quatre premiers livres des Odes (1550), Ode II, 15. “De la jeune amie d’un sien ami”, [incipit : “Ta Genisse n’est assés drue”], Lm. 1, p. 217-219,en particulier v. 16-25. [transcription source BVH | Epistemon]

Ne soi envieus du desir
Des raisins trop vers, car l’Autonne
Les meurira tout à loisir,
Lors tu pourras à ton plaisir
Manger la grappe meure et bonne.

Le tens ravissant ton vert age
Le lui dônra, véla le point
Comme elle croistra davantage,
Tirant un gain de ton dommage,
Dommage que l’on ne sent point.

  • Quatre premiers livres des Odes (1550), Ode II, 17. “A la muse Cléion. Pour celebrer Maclou de La Haie le premier jour de Mai”, Lm. 1, p. 221-225, en particulier v. 1-6. [transcription source BVH | Epistemon]

Muses aus yeus noirs, mes pucelles,
Mes muses dont les estincelles
Ardent mon nom par l’univers,
De Maclou sacrez la memoire,
Et faites distiller sa gloire
Dans le dous sucre de vos vers.

  • Quatre premiers livres des Odes (1550), Ode II, 17. “Les Louanges de Vandomois. A Julien Peccate”, [incipit : “O terre fortunée / Des Muses le sejour”], Lm. 1, p. 221-225, en particulier v. 16-20. [transcription source BVH | Epistemon]

Et sur l’autre [rive vallonnée du Loir] prend vie
Maint beau sep, dont le vin
Porte bien peu d’envie,
Au vignoble Angevin.

Il est maintenant tens de boire,
Et d’un dous vin oblivieus
Faire assoupir en la memoire
Le soin de nostre aise envieus.
Que c’estoit chose deffendue
Au paravant de s’esjouir,
Ains que la paix nous fust rendue
Et le repos pour en jouir !

Je di, quand Mars armoit l’Espaigne
Contre les François indontés,
Et ce peuple que la mer baigne
(Hors du monde) de tous costés,
L’Espaigne en piques violentes
Furieuse, et ce peuple ici,
Par ses fleches en l’air volantes
A craindre grandement aussi.

Puisque la paix est revenue
Nous embellir de son sejour,
La joie en l’oscur détenue
Doit à son ranc sortir au jour,
Sus page, en l’honneur des trois Graces
Verse trois fois en ce pot neuf,
Et neuf fois en ces neuves tasses
En l’honneur des seurs qui sont neuf.

Ce lis, et ces roses naïves
Sont épendues lentement,
Je hai les mains qui sont oisives,
Qu’on se depesche vitement :
Là donq ami, de corde neuve
R’anime ton luc endormi,
Le luc avec le vin se treuve
Plus dous, s’il est meslé parmi.

O quel Zephire favorable
Portera ce folatre bruit
Dedans l’oreille inexorable
De Madelaine qui nous fuit ?
Le soin qui en l’ame s’engrave
Secoure aus vens ores tu dois :
C’est chose saige, et vraiment grave
De faire le fol quelquefois.

Vien soul, car tu n’auras le festin ancien,
Ne le past que donna l’orgueil Aegyptien
Au Romain qui fuioit l’antique sejour sien:
Je hai tant de viandes.

Tu ne boiras aussi de ce nectar divin
Qui rend Anjou fameus, car voulontiers le vin
Qui a senti l’humeur du terroir Angevin
Suit les bouches friandes.

     Chanson, voici le jour
Où celle la qui la terre decore,
Et que mon œil idolatre, et adore,
Vint en ce beau sejour.

     Le ciel d’amour ataint
Ardant de voir tant de beautés l’admire,
Et se courbant desus sa face, mire
Tout l’honneur de son taint.

     Car les divins flambeaus,
Grandeur, vertu, les amours, et les graces
Lui firent don quand ell’ vint en ces places
De leurs presens plus beaus,

     Affin que par ses yeus
Tout l’imparfait de ma jeunesse folle
Fust corrigé, et qu’elle fust l’idole
Pour m’avoier au mieus.

     Heureus jour retourné,
A tout jamais j’aurai de toi memoire,
Et d’an, en an, je chanterai la gloire
De l’honneur en toi né.

     Sus page vistement
Donne ma lire, affin que sur sa chorde
D’un pouce dous je marie et accorde
Ce beau jour sainctement.

     Sème par la maison
Tout le tresor des prez et de la pleine,
Le lis, la rose, et cela dond est pleine
La nouvelle saison :

     Et crie au temple aussi,
Que le soleil ne vit oncques journée
Qui fust de gloire, et d’honneur tant ornée
Comme il voit ceste ci.

J’entends le bruire des cimbales
Et les champs sonner evoué,
J’oi la rage des Bacchanales
Et le son du cor enroué.

Ici le chancellant Silene
Sus un tardif ane monté
Les inconstans Satyres mene
Qui le soustiennent d’un costé

Qu’on boute du vin dans la tasse,
Sommelier, qu’on en verse tant
Qu’il se répande dans la place,
Qu’on mange, qu’on boive d’autant.

Amoureux, menez vos aimées,
Ballez et dansez sans séjour,
Que les torches soient allumées
Jusques à la pointe du jour.

Sus, sus ! mignons, aus confitures,
Le codignac [= confiture de coings] vous semble bon,
Vous n’avés les dents assés dures
Pour faire peur à ce jambon.

Amis à force de bien boire
Repoussez de vous le souci,
Que jamais plus n’en soit mémoire ;
Là donques, faites tous ainsi.

Hêlas que c’est un dous tourment
Suivre ce Dieu qui environne
Son chef de vigne et de sérment,
En lieu de roialle couronne.

A quel sucre egallerons nous
Le doulx miel de ta poësie ?
Doulcement ne surmonte il pas
Par sa doulceur les doulx apas
Du Nectar, et de l’Abrosie ?

  • Le Bocage (1554), “Épitre à Ambroise de la Porte Parisien”, Lm. 6, p. 10-13.

Encependant que le pesteux Automne
Tes citoiens l’un sur l’autre moissonne
Et que Caron a les bras tous lassés
D’avoir deja tant de Manes passés,
Ici, fuiant ta ville perilleuse,
Je suis venu pres de Marne l’ileuse,
Non guere loin de la part, où ses eaus
D’un bras fourchu pressent les murs de Meaus :
Meaus, dont Bacus songneux a pris la garde,
Et d’un bon œil ses colines regarde,
Riches de vin qui n’est point surmonté
Du vin d’Aï en friande bonté.
Non seulement Bacus les favorise,
Mais sa Compagne et le pasteur d’Anfrise,
L’une y faisant les épis blondoïer,
L’autre à foison les herbes verdoier.

Dès le matin que l’Aube safranée
A du beau jour la clarté ramenée,
Et dès midi jusque aus raions couchans,
Tout égaré je me pers dans les chams,
A humer l’air, à voir les belles prées,
A contempler les colines pamprées,
A voir de loing la charge des pommiers
Présque rompus de leurs fruits Automniers,
A repousser sur l’herbe verdelette
A tour de bras l’éteuf d’une palette [= la balle d’une raquette],
A voir couler sur Marne les bateaus,
A me cacher dans le jonc des îleaus,
Ore je suis quelque lievre à la trace,
Or’ la perdris je couvre à la tirasse [= rets, filets],
Or’ d’une ligne apâtant l’hameçon
Loin haut de l’eau j’enleve le poisson,
Or’ dans les trous d’une île tortueuse
Je va charchant l’écrevisse cancreuse,
Or’ je me baigne ou, couché sur les bors,
Sans y penser à l’envers je m’endors :
Puis reveillé ma guiterre je touche,
Et m’adossant contre une vieille souche,
Je di les vers que Tityre chantoit
Quand pres d’Auguste encores il n’estoit
Et qu’il pleuroit au mantouan rivage,
Deja barbu, son desert heritage.
Ainsi jadis Alexandre le blond,
Le beau Paris apuié sur un tronc
Harpoit, alors qu’il vit parmi les nues
Venir à lui les trois Déesses nues :
Devant les trois Mercure le premier
Partissoit l’air de son pié talonnier,
Aiant es mains la pomme d’or saisie,
Le commun mal’Europe, et de l’Asie.
Mais d’autant plus que poete j’aime mieus
Le bon Bacus que tous les autres Dieus,
Sur tous plaisirs la vandange m’agrée,
A voir tomber cette manne pourprée
Qu’à piés dechaus un gacheur fait couler
Dedans la cuve à force de fouler.

Sur les couteaus marche d’ordre une troupe,
L’un les raisins d’une serpette couppe,
L’autre les porte en sa hotte au pressoüer,
L’un tout au tour du pivot fait roüer
La viz qui geint, l’autre le marc asserre
En un monceau et d’ais pressés le serre,
L’un met à l’anche un panier attaché,
L’autre reçoit le pepin ecaché,
L’un tient le mui, l’autre le vin entonne,
Un bruit se fait, le pressoüer en resonne.

Vela, La Porte, en quels plaisirs je suis,
Or’ que ta ville epovanté je fuis,
Or’ que l’Automne épenche son usure
Et que la Livre à juste poids mesure
La nuit egale avec les jours egaus,
Et que les jours ne sont ne froids ne chaus.
Quelque plaisir toutesfois qui me tienne,
Faire ne puis qu’il ne me resouvienne
De ton Paris, et que tousjours ecrit
Ce grand Paris ne soit en mon esprit.
Et te promets que, si tôt que la bise
Hors de son bois aura la fueille mise,
Faisant des prés la verte robe choir,
Que d’un pié pront je courrai pour revoir
Mes compagnons, et mes livres, que j’aime
Beaucoup plus qu’eus, que toi, ne que moimême.

Boy donc, vilain, c’est trop mangé,
Tu semble un mâtin enragé
Qui toujours tire la charongne :
Tu es un sot : un bon yvrongne
Autant pour une noce vaut
Qu’un bon guerrier pour un assaut.

Car ce n’est moins entre les potz
D’enhardir par vineus propos
Un homme paresseus à boire,
Que, pour gagner une victoire,
Rendre à la bataille hardi
Par beaux motz un acoühardi.

Boy donq, ne fais plus du songeard,
Au vin gist la plus grande part
Du jeu, d’Amour et de la dance.
L’home sot qui lave sa panse
D’autre breuvage que du vin
Mourra d’une mauvaise fin.

A bon droit le ciel a donné
A l’home qui n’est aviné
Toujours quelque fortune dure :
Autrement la mordante cure
Qui nous cuit l’ame à petit feu,
Ne s’en va qu’apres avoir beu.

Apres le vin on n’a soucy
D’amour, ni de la court aussi,
Ni des proces, ni de la guerre.
Hé, que celuy lachement erre
Qui dit que Bacus n’est en rien
Le fils du grand Saturnien.

Boy donques à moy tour à tour
Et ne ressembles au vautour
Qui toujours tire la charongne :
Il vaut mieus voir en peau d’yvrongne
Là bas l’infernal passager,
Que de crever de trop manger.

Nous ne tenons en nostre main
Le futur ni le lendemain,
La vie n’a point d’asseurance,
Et pendant que nous desirons
La faveur des Rois, nous mourons
Au meillieu de nostre esperance.

L’home apres son dernier trespas
Plus ne boit ne mange là-bas,
Et sa grange qu’il a laissée
Pleine de blé davant sa fin,
Et sa cave pleine de vin,
Ne lui viennent plus en pensée.

Et quel gain aporte l’esmoy ?
Va, Corydon, apreste moy
Un lit de roses épanchées :
Il me plaist pour me defacher
A la renverse me coucher
Entre les potz et les jonchées.

Fay moy venir d’Aurat icy,
Paschal, et mon Pangeas aussi,
Charbonnier, et toute la troupe :
Depuis le soir jusqu’au matin
Je veus leur donner un festin
Et cent fois leur pendre la coupe.

Verse donq, et reverse encor
Dedans cette grand coupe d’or,
Je vois boire à Henry Estienne,
Qui des enfers nous a rendu
Du vieil Anacreon perdu
La douce Lyre Teïenne.

A toi, gentil Anacreon,
Doit son plesir le biberon,
Et Bacus te doit ses bouteilles,
Amour, son compagnon, te doit,
Venus, et Silene qui boit
L’esté, dessous l’ombre des treilles.

  • Les Œuvres (1567), Livre des sonnets. “À la Royne”, Lm. 14, p. 122.

De mon present moy-mesme je m’estonne,
Donnant du fruit à vous, qui à foison
En faistes naistre en chacune saison
Car tous vos jours nous servent d’un Autonne :

Charles qui tient des François la couronne,
Qui regist tout par prudence et raison,
Les freres siens, sa sœur et sa maison
Sont les bons fruictz que vostre arbre nous donne.

Voz autres fruictz sont la Paix, la Police,
Le bon conseil, les Loix, et la Justice,
La guerre morte, et le discort détruit.

C’est doncq’, Madame, une folle arrogance
Que mon present, quand vous estes de France
L’arbre, la fueille, et la fleur, et le fruit.

Lave ta main, blanche, gaillarde et nette
Suy mes talons, aporte une serviette
Allon cueillir la salade, et faison
Part à noz ans des fruitz de la saison.
D’un vague pas, d’une veuë escartée,
Deçà delà jettée et rejettée,
Or’ sur la rive, ores sur un fossé,
Or’ sur un champ en paresse laissé
Du laboureur, qui de luy-mesme aporte
Sans cultiver herbes de toute sorte,
Je m’en iray solitaire à l’escart.

Tu t’en iras, Jamyn, d’une autre part
Chercher songneux, la boursette toffuë,
La pasquerette à la fueille menuë,
La pimprenelle heureuse pour le sang,
Et pour la ratte, et pour le mal de flanc,
Et je cueill’ray, compagne de la mousse,
La responsette à la racine douce,
Et le bouton de nouveaux groiseliers
Qui le Printemps annoncent les premiers.

Puis en lysant l’ingenieux Ovide
En ces beaux vers où d’Amour il est guide,
Regangnerons le logis pas à pas :
Là recoursant jusqu’au coude nos bras,
Nous laverons nos herbes à main pleine
Au cours sacré de ma belle fonteine,
La blanchirons de sel en meinte part,
L’arrouserons de vinaigre rosart,
L’engresserons de l’huille de Provence :
L’huille qui vient aux oliviers de France
Rompt l’estomac, et ne vaut du tout rien.

Voilà, Jamyn, voilà mon souv’rain bien,
En attendant que de mes veines parte
Cette execrable horrible fiebvre quarte
Qui me consomme et le corps et le cœur
Et me fait vivre en extreme langueur.

Tu me diras que la fiebvre m’abuze,
Que je suis fol, ma salade et ma Muse :
Tu diras vray : je le veux estre aussy,
Telle fureur me guarist mon soucy.
Tu me diras que la vie est meilleure
Des importuns, qui vivent à toute heure
Aupres des Grandz en credit, et bonheur,
Enorgueilliz de pompes et d’honneur :
Je le sçay bien, mais je ne le veuz faire,
Car telle vie à la mienne est contraire.

Il faut mentir, flater, et courtizer,
Rire sans ris, sa face deguiser
Au front d’autruy, et je ne le veux faire,
Car telle vie à la mienne est contraire.
Je suis pour suivre à la trace une Court,
Trop maladif, trop paresseux, et sourd,
Et trop creintif : au reste je demande
Un doux repos, et ne veux plus qu’on pende
Comme un pongnard, les soucis sur mon front.

En peu de temps les Courtizans s’en vont
En chef grison, ou meurent sur un coffre.
Dieu pour salaire un tel present leur offre
D’avoir gasté leur gentil naturel
D’ambition et de bien temporel.
Un bien mondain, qui s’enfuit à la trace,
Dont ne jouïst l’acquéreur, ny sa race :
Ou bien, Jamin, ilz n’auront point d’enfans,
Ou ilz seront en la fleur de leurs ans
Disgratiez par Fortune ou par vice,
Ou ceux qu’ilz ont retrompez d’artifice
Les apastant par subtilles raisons,
Feront au Ciel voiler leurs oraisons :

Dieu s’en courrouce, et veux qu’un pot de terre
Soit foudroyé, sans qu’il face la guerre
Contre le Ciel, et serve qu’en tout lieu
L’Ambition est desplaisante à Dieu,
Et la faveur qui n’est que vaine bouë,
Dont le destin en nous moquant se jouë :
D’où la Fortune aux retours inconstans
A la parfin les tombe malcontens,
Montrant à tous par leur cheute soudaine
Que c’est du vent que la farce mondaine,
Et que l’home est tresmal’heureux qui vit
En court estrange, et meurt loing de son lit.

Loing de moy soit la faveur et la pompe,
Qui d’aparence, en se fardant, nous trompe,
Ains qui nous lime et nous ronge au dedans
D’ambition et de soucis mordans.
L’ambition, les soucis et l’envie,
Et tout cela qui meurdrist nostre vie,
Semblent des Dieux à tels hommes, qui n’ont
Ny foy au cœur, ny honte sur le front :
Telz hommes sont colosses inutilles,
Beaux par dehors, dedans pleins de chevilles,
Barres et clous qui serrent ces grandz corps :
En les voyant dorez par le dehors,
Un Jupiter, Appollon, ou Neptune,
Chacun revere et doute leur fortune :
Et toutefois tel ouvrage trompeur,
Par sa haulteur ne fait seulement peur
Qu’aux idiotz : mais l’home qui est sage
Passant par là ne fait cas de l’ouvrage :
Ains en esprit il desdaigne ces Dieux,
Portraits de plastre, et luy fachent les yeux,
Subjets aux vents, au froid et à la poudre.
Le pauvre sot qui voit rougir la foudre
A longs rayons dedans leur dextre main,
Ou le trident à trois pointes d’airain,
Craint et pallist devant si grand Colosse,
Qui n’a vertu que l’aparence grosse.
Lourde, pesante, et qui ne peut en rien
Aux regardans faire ny mal ny bien,
Sinon aux fatz, où la sottize abonde,
Qui à crédit craignent le rien du Monde.

Les pauvres sotz dignes de tous mechefz
Ne sçavent pas que c’est un jeu d’eschetz
Que nostre courte et miserable vie.
Et qu’aussy tost que la Mort l’a ravie
Dedans le sac somes mis à la fois
Tous pesle mesle, et Laboureurs et Rois,
Valetz, Seigneurs en mesme sepulture.
Telle est la loy de la bonne Nature,
Et de la Terre, en son ventre qui prend
De fosse egalle et le Pauvre et le Grand,
Et montre bien que la gloire mondaine.
Et la grandeur est une chose vaine.

Ah ! que me plaist ce vers Virgilian
Où le vieillard pere Corytian
Avecq’ sa marre en travaillant cultive
A tour de bras sa terre non oysive
Et vers le soir sans achepter si cher
Vin en taverne, ou chair chez le boucher,
Alloit chargeant sa table de viandes,
Qui luy sembloient plus douces et friandes
Avecq la faim, que celles des Seigneurs
Pleines de pompe et de fardez honneurs,
Qui, desdaigneux, de cent viandes changent
Sans aucun goust : car sans goust ilz les mangent.
Lequel des deux estoit le plus heureux,
Ou ce grand Crasse en escus plantureux,
Qui pour n’avoir les honneurs de Pompée
Alla sentir la Parthienne espée,
Ou ce vieillard qui son champ cultivoit
Et sans voir Rome en son jardin vivoit ?

Si nous sçavions, ce disoit Hesiode,
Combien nous sert l’asphodelle, et la mode
De l’acoutrer, heureux l’home seroit,
Et la Moitié le Tout surpasseroit :
Par la Moitié il entendoit la vie
Sans aucun fard des laboureurs suivie,
Qui vivent sains du labeur de leurs doigtz,
Et par le Tout les delices des Rois.
La Nature est, ce dit le bon Horace,
De peu contente, et nostre humaine race
Ne quiert beaucoup : mais nous la corrompons
Et par le trop Nature nous trompons.

C’est trop presché : donne moy ma salade :
El’ ne vaut rien (dis-tu) pour un malade !

Hé ! quoy, Jamyn, tu fais le Medecin !
Laisse moy vivre au moins jusqu’à la fin
Tout à mon aise, et ne sois triste Augure
Soit à ma vie ou à ma mort future,
Car tu ne peux, n’y moy, pour tout secours
Faire plus longs ou plus petis mes jours :
Il faut charger la barque Stygieuse :
» La barque, c’est la Biere sommeilleuse
» Faite en bateau : le naistre est le trepas :
» Sans naistre icy l’home ne mourroit pas :
» Fol qui d’ailleurs autre bien se propose,
» Naissance et mort est une mesme chose

Tu oses bien au millieu des repas
(Où bien souvent desjeuné je n’ay pas)
Toy saoul de metz et de riches viandes,
De vins fumeux et de sauces friandes,
Tu oses bien te moquer de mes vers,
Et te gauchant les lire de travers,
A chaque point, disant le mot pour rire !

Tousjours suivy de muguetz tes semblables,
Moqueurs, causeurs, escornifleurs de tables,
Qui bien repeus autant de nez te font
Qu’a de probosce un vieil Rinoceront !

Et toutefois tu fais de l’habille home,
Come nourry à Naples ou à Rome,
Poizant tes mots en balançant le chef,
Faignant de craindre un dangereux mechef
Sur nostre France, et curant ta dent creuse
D’une lentisque escumeuse et baveuse,
Trompes ainsi les pauvres abuzez,
En la façon que les marchants ruzez
Qui safraniers, par mechantes pratiques
N’ont point de draps aux secondes boutiques,
Mais montrant tout des le premier abord
Font bonne mine, et se ventent bien fort.

    • Sixiesme livre des poemes (1569), “Stances prontement faites pour jouer sur la Lyre, un joueur repondant à l’aultre. Au batesme du filz de Monsieur de Villeroy. En faveur de Monsieur de l’Aubsespine à présent” [titre en 1578 : “Stances lyriques pour un banquet”], Lm. 151, p. 136-141.

Premier joueur

Autant qu’au Ciel on voit de flames,
Dorer la nuit de leurs clartés
Autant voir on icy des Dames
Orner ce Soir de leurs beautez.

Deuxième joueur

Autant qu’on voit en une prée,
D’esmail peindre cent mille fleurs
Autant cette troupe sacrée,
Est riche de mille couleurs.

Premier joueur

La Cyprine et les Graces nuës,
Se desrobant de leur sejour,
Sont au festin icy venuës
Pour de la nuit faire un beau jour.

Deuxième joueur

Ce ne sont pas femmes mortelles,
Qui nous esclairent de leurs yeux,
Ce sont Déesses eternelles,
Qui pour un jour quittent les Cieux.

Premier joueur

Quand Amour perdroit ses flammesches
Et ses dards trampez de soucy,
Il trouveroit assez de flesches,
Aux yeux de ces Dames icy.

Deuxième joueur

Amour qui cause noz detresses,
Par la cruauté de ses dards,
Fait son arc de leurs blondes tresses,
Et ses flesches de leurs regards.

Premier joueur

Il ne faut plus que l’on desire,
Qu’autre saison puisse arriver,
Voicy un printemps qui souspire
Ses fleurs au milieu de l’hyver.

Deuxième joueur

Ce mois de Janvier qui surmonte
Avril par la vertu des yeux
De ces Damoiselles, fait honte
Au printemps le plus gratieux.

Premier joueur

Le grand Dieu archer du Tonnerre,
Puisse sans moy l’air habiter,
Il me plaist bien de veoir en terre
Ce qui peut blesser Jupiter.

Deuxième joueur

Les Dieux espris comme nous sommes
Pour l’amour quittent leur sejour,
Mais je ne voy point que les hommes
Aillent là haut faire l’amour.

Premier joueur

A la couleur des fleurs escloses
Ces dames ont le teint pareil,
Aux blancs Lils, aux vermeilles roses,
Qui naissent comme le Soleil.

Deuxième joueur

Leur blanche main est un Ivoire,
De leurs yeux des Astres se font,
amour a planté sa victoire
Sus la majesté de leur front.

Premier joueur

Las ! que ne suis-je en cette trope
Un Dieu caché soubz un Toreau,
Je ravirois encore Europe
Au beau milieu de ce troupeau.

Deuxième joueur

Que n’ay-je d’un Cygne la plume,
Pour jouir encore à plaisir
De cette beauté qui m’allume
Le cœur de crainte et de desir.

Premier joueur

Tant d’herbes ne sont amassées
Aux prés quand le Printemps fleurist
Que ces dames ont de pensées,
Dont ilz travaillent leur esprit.

Deuxième joueur

L’une pense d’estre cruelle,
Et son cœur de glaçons armer,
Et l’autre d’estre toujours belle,
Pour vivre souz le nom d’aymer.

Premier joueur

Amour, qui tout voit et dispense,
Les vueille toutes contenter :
Et si la rigueur les offense
Nouvel amy leur presenter.

Deuxième joueur

Affin qu’au changer de l’année
Et au retour des jeunes fleurs,
Une meilleure destinée
Puisse commander à leurs cœurs.

Disant ainsi, ce Prince retourna :
En son palais long temps ne sejourna
Sans liberal envoyer au rivage
Trente moutons, six beufs de grand corsage
Gras, bien charnus, quinze barraux de vin,
Coupes, habits, et chemises de lin,
Pour festoier, et couvrir ceste bande
A qui la faim outrageuse commande :
“Rien n’est meilleur pour l’homme soulager
“Apres le mal que le boire et manger.

Eux affamez ces viandes ravirent
Qui d’une autre ame au besoin leur servirent,
Resjouissant la force de leurs corps,
“Car le manger rend les hommes plus forts.

A tant Francus entra dans le chasteau,
Son javelot posa contre un rateau,
Le long du mur à costé de l’entrée,
Où se couchoit mainte lance ferrée.
Pour nettoier son corps las et souillé
Dedans le bain tout nud s’est dépouillé,
Puis comme un astre entra dedans la salle,
Brave d’orgueil et de pompe royalle.

En ce chasteau par bandes fremissoient
Prompts serviteurs, dont les uns tapissoient
D’ouvrages d’or les superbes murailles,
Longs arguments d’anciennes batailles :
Autres de rang sur la place aportoient
Tapis ouvrez : les autres apprétoient
Les lits enflez de couvertes velues :
Autres dressoient les viandes esluës,
Autres chargeoient les hauts buffets dorez
De grands vaisseaux d’histoires honorez.

Sur une esguiere, en assez longue trace,
Des Corybans estoit painte la race :
Comme Briare en amour furieux,
Desesperé de sa nymphe aux beaux yeux,
Alloit tout seul par mont et par boccage,
Jetant un cry comme un lion sauvage,
De nuit, de jour, errant par les buissons,
Changeoit son corps en cent mille façons,
Tant en amour forcenoit sa folie,
Pour se saisir de sa Cymopolie :
Mais à la fin se changeant en serpent,
A dos rompu sur le ventre rampant,
La tient serrée, et l’ayant embrassée,
D’elle conceut les aieux de Dicæe.

Sur un bassin Saturne estoit gravé,
En cheveux blancs, de vieillesse agravé,
A la grand’faux, qui avoit la machoire
Du sang des siens toute relante et noire.
Sa femme Rhée à l’autre bord estoit,
Qui pour son fils un caillou presentoit
A ce vieillard, les appas de son ventre :
Dessous ses pieds se herissoit un antre,
Où Jupiter vivoit emmaillotté,
Du laict divin de la Chievre alaitté :
Autour du bers les anciennes races
Des Corybans, bien armez de cuiraces,
Targes, boucliers, se choquant d’un grand son,
Rendoient sans bruit la voix de l’enfançon,
Craignant Saturne, affamé de nature,
Qui ses enfans devoroit pour pasture.

Quand tout fut prest, ce prince pour mieux voir
Son estranger, courtois le fit asseoir
A vis de luy, et fit asseoir ses filles,
Aux yeux armez d’amoureuses scintilles :
Puis, selon l’ordre et l’age et les honneurs,
Qui hault, qui bas, s’assirent les seigneurs.
D’un cueur joieux ceste gaillarde bande
Mit promptement les mains à la viande,
Et festoiant le Troien estranger,
Le convioient doucement à manger.
L’un est pensif, l’un parle, l’autre coupe;
Maint eschanson, emplissant mainte coupe
De vin fumeux, les tables entournoit,
Et jusqu’aux bords les tasses couronnoit.

Incontinent que la soif fut ostée,
Et de la faim l’avidité surmontée ,
Ayant le Roy pour office divin
A Jupiter versé le dernier vin,
A plain hanat, invoquant sa puissance
Toute debout, se leva l’assistance
Loin de la table, envieuse d’aller
Apres souper deviser et baller.
Un bruit se fait : la gaillarde jeunesse,
Prenant chacun la main de sa maistressc,
S’offre à danser : maint flambeau qui reluit
Du planchier d’or veinct l’ombre de la nuit.
Le vieil Terpin, qui de fleurs se couronne,
Son dos appuye au flanc d’une coulonne,
La lyre au poing, et joignant à la voix
Les nerfs frapez par l’accord de ses doigts,
D’un plaisant son les invite à la danse :
Le pied certain rencontre la cadance !

« Dieu (disoit-il) qui tiens l’arc en la main,
Fils de Venus, hoste du sang humain,
Qui dans les cueurs, tes royaumes, habites,
Qui ça, qui là, de tes ailes petites,
Voles par tout jusqu’au fons de la mer,
Faisant soubs l’eau les dauphins allumer,
Dont l’aspre trait a feru la poitrine
Des Dieux là haut, là bas de Proserpine :
Pere germeux de naissance, et qui fais
Comme il te plaist les guerres et la paix,
Prince invaincu, nourricier de ce monde,
Qui du Chaos la caverne profonde
Ouvris premier, et, paroissant armé
De traits de feu, Phanete fus nommé :
Double, jumeau, emplumé de vistesse,
Porte-brandon, archer, que la jeunesse
Au sang gaillard, courtize pour son Roy;
O grand demon, grand maistre, écoute-moy
Soit que tu sois au milieu de la bande
Des plus grands Dieux où ta fleche commande,
Soit qu’il te plaise habiter ton Paphos,
Soit que ton chef tu laves dans les flots
De la fontaine Erycine, ou que, vuide
De tout souci, de tes vergiers de Gnide
Entre les fleurs habites la verdeur,
Vien allumer noz cueurs de ton ardeur :
De ceste dance échauffe le courage.
Sans toi n’est rien la pointe de nostre age,
Faveur, honneur, abondance de bien.
Force de corps, sans ta grace n’est rien;
Ny la beauté : et mesmes notre vie,
Est une mort, si de toy n’est suivie,
Ensemble Dieu profitable et nuisant.
Vien doncd icy, comme un astre luisant,
Donner lumière à si belle entreprise,
Et ceste feste heureuse favorise.»
Ainsi chantoit Terpin le bon vieillard :
Les baladins haussans le cry gaillard,
Les derniers vers du chantre recouperent,
Et de leurs voix les soliveaux fraperent.

Seul à l’écart, apuyé contre un coin,
Veuf de plaisir, plain d’angoisse et de soin,
A sourcy bas, à poitrine poussée
de longs sanglots, estoit le bon Dicæe.
Un fleuve espais de ses yeux s’écoula;
Francus l’avise et ainsi luy parla :

« C’est à moy, Prince, à pleurer et à traire
Tant de sanglots, à qui tout est contraire,
A qui la Mer, l’Air, la Terre et les Cieux
Sont obstinez ennemis envieux ,
Qui m’ont trompé dessous belle apparence,
“ll n’est rien pire aux mortels qu’esperance.
Mais toy, seigneur si sage et si prudent,
En biens, citez et peuples abondant,
Riche d’honneur et de terre fertile,
Riche de femme et de belle famille,
Ne devrois estre en ce poinct langoureux,
Ains les souspirs laisser aux malheureux. »

Dicæe respond : « Las ! si je n’estois pere,
Hoste Troien, je serois sans misère;
Un mien seul fils a causé mon tourment,
Et s’il te plaist je te diray comment.
Dedans ceste isle habite de fortune
Un fier tyran, la race de Neptune,
Horrible et grand, mais homme en cruauté,
Tant soit cruel ne l’a point surmonté.
Il fait meurdrir tous ceux qu’il prend en guerre.
Ceux que la mer jette contre sa terre,
Dessus l’autel de son pere, et de sang
Honnit le temple. Il attache de rang
(Piteux regard !) sur la porte les testes
Des assomez, miserables conquestes.
Le fer ne peut endommager sa peau,
Il rebondit comme fait un marteau
Dessus l’enclume : en une seule veine,
Pres le talon, est sa Parque et sa peine.

Mille estoient morts par sa cruelle main,
Quand moy, touché d’un cueur doux et humain,
Luy fis sçavoir que les bestes sauvages ,
Tigres , lions envenimez de rages,
Qui sans raison vivent parmy les bois,
Gros animaux sans pitié ny sans lois,
S’entre-tuoient et mangeoient leur semblable :
Mais l’homme, né d’un esprit raisonnable,
Enfant du ciel, ne doit faire mourir
L’homme son frère, ainçois le secourir.

Ce grand Géan, oyant ceste nouvelle,
Enfla son fiel de colere cruelle,
Et bouillonnant, écumant et grondant,
Sans m’advertir de son courroux ardant,
Vint au matin au pied de ma muraille
Me défier en plein champ de bataille.
En telle peur soudain armer je fis
Mon jeune Orée (ainsi a nom mon fils),
L’accompagnant de bien peu de gendarmes,
Mieux equippez de courage que d’armes.

Ce jouvenceau, à qui le blond coton,
En se frizant sort encor du menton,
Fort et hardi, fit avancer sa trope,
Et le premier assaillit le Cyclope,
Le grand Phovére (hélas! on nomme ainsi
Ce fier tyran aux playes endurcy).
Mais pour néant ce jeune enfant s’efforce,
Car du Géan l’inviolable force
Le prit captif au beau milieu des siens,
Puis en serrant de vergongneux liens
Ses gens et luy, d’un baston les emmeine,
Comme un pasteur ses moutons en la plaine.
Depuis le temps, ce malheureux cruel,
De jour en jour a tué sur l’autel
L’un des captifs pour offrande funeste.
Ils sont tous morts : hà ! je meurs ! et ne reste
Sinon mon fils, qui sentira demain
La pesanteur de sa cruelle main. »

Ainsi disoit, versant soubs sa paupière
De tiedes pleurs une large rivière,
A gros sanglots entre-rompant sa voix,
Lors que Francus, le tige de noz Roys,
Meu de pitié, le console et le flate,
Et luy respond : « J’aurois une ame ingrate,
Né d’un rocher, et d’un tigre conceu,
Si, mesurant le bien que j’ay receu
De toy, seigneur, à ma douleur extréme,
Pour te sauver je ne t’offrois moi-mesme
Mon sang, ma vie, et ce glaive tranchant,
Assez pointu pour punir un méchant.
Fay-moy, sans plus, apprester sur la place,
Armes, chevaux : ains que demain se passe
Il connoistra qu’un père valeureux
A son malheur m’engendra vigoureux,
Pour ne souffrir regner une malice
Sans que mon bras vengeur ne la punisse. »

Atant Francus à son parler mit fin,
Puis l’eschançon ayant versé du vin
A long filets, en l’honneur de Mercure,
Estant la nuict et profonde et obscure,
Jà les Trions commençans à pencher,
Chacun se lève et s’en alla coucher.

Toussaint Du Breuil et Eustache Le Sueur, "Dicée offrant un banquet à Francus, en présence de Hyante et de Climène (Ronsard, <i>La Franciade</i>, second livre), Paris, Louvre, Département des Peintures, 1er quart XVIIe siècle. Source : musée du Louvre https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010061014]

Toussaint Du Breuil et Eustache Le Sueur, “Dicée offrant un banquet à Francus, en présence de Hyante et de Climène (Ronsard, La Franciade, second livre), Paris, Louvre, Département des Peintures, 1er quart du XVIIe siècle. Source : musée du Louvre https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010061014]

  • Sonets pour Helene, sonnet 26, Lm. 172, p. 217 [éd. Pléiade t. I, p. 359].

Cent et cent fois le jour l’Orange je rebaise,
Et le palle Citron qui viennent de ta main,
Doux preésent amoureux, que je loge en mon sein,
Pour leur faire sentir combien je sens de braise.

Quand ils sont demi-cuits, leur chaleur je r’appaise,
Versant des pleurs dessus, dont triste je suis plein :
Et de ta mauvaistié avec eux je me plain,
Qui cruelle te ris de me voir à mal-aise.

Oranges et Citrons sont symboles d’Amour :
Ce sont signes muets ; que je puis quelque jour
T’arrester, comme fit Hippomene Atalante.

Mais je ne le puis croire : Amour ne le veut pas,
Qui m’attache du plomb pour retarder mes pas,
Et te donne à fuyr des ailes à la plante [= aux pieds].

Je vous donne des œufs. L’œuf en sa forme ronde
Semble au Ciel, qui peut tout en ses bras enfermer,
Le feu, l’air et la terre, et l’humeur de la mer,
Et sans estre comprins comprend tout en ce monde.

La taye semble à l’air, et la glere feconde
Semble à la mer qui fait toutes choses germer :
L’aubin ressemble au feu qui peut tout animer,
La coque en pesanteur comme la terre abonde,

Et le Ciel et les œufs de blancheur cont couvers.
Je vous donne (en donnant un œuf) tout l’Univers :
Divin est le present, s’il vous est agreable.

Mais bien qu’il soit parfait, il ne peut egaler
Vostre perfection qui n’a point de semblable,
Dont les Dieux seulement sont dignes de parler.


Bibliographie critique

  • Festins de la Renaissance. Cuisine et trésors de la table (Catalogue d’exposition), Latrémolière Élisabeth et Quellier Florent (dir.), Blois |Paris, Château Royal de Blois | Somogy. Éditions d’art, 2012.
  • La Cour en fête dans l’Europe des Valois, Beaufils Oriane et Capodieci Luisa (dir.), Tours, PU Rabelais, coll. Renaissance, 2022.
  • Le Boire et le manger au XVIe siècle, Viallon-Schoneveld Marie (dir.), Saint-Étienne, PU de Saint-Étienne, 2004.
  • Lionetto Adeline, “Ronsard inventeur de fêtes à la cour des derniers Valois”, L’art de la fête à la cour des Valois (Catalogue d’exposition), Beaufils Oriane et Droguet Vincent (dir.), Fontainebleau |Paris, Château de Fontainebleau | In fine, 2020, p. 298-305.
  • Pratiques et discours alimentaires à la Renaissance. Actes du colloque de Tours 1979, Margolin Jean-Claude et Sauzet Robert (dir.), Paris, Maisonneuve et Larose, 1982.
  • Savoy Guy, Martinetti Anne, Voisinet Alexis, Guy Savoy cuisine les écrivains du XVIe siècle, Paris, Herscher, 2022.
  • The Paris Entries of Charles IX and Elisabeth of Austria, 1571, éd. Victor E. Graham et W. McAllister Johnson, Toronto, University of Toronto Press, Appendice IV : “Achapt de vins, viandes, patisseries et autres fraiz pour led. festin”, p. 383-395.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sicard (4 août 2023). Bibliographie et corpus d’étude pour le banquet d’anniversaire. RonsArt. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://ronsart.hypotheses.org/355


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search