La musique dans les vers de Ronsard

Dernière mise à jour : 8 septembre 2023

Table [provisoire]


1550

Ode I, 3. A madame Marguerite (éd. Laumonier – ci-après Lm., t. 1, p. 72-78)

Strophe 1

Il faut que j’aille tanter
L’oreille de Marguerite,
Et dans son palais chanter
Quel honneur elle merite :
Debout Muses, qu’on m’atelle
Vostre charette immortelle,
Affin qu’errer je la face
Par une nouvelle trace,
Chantant la vierge autrement
Que nos poëtes barbares,
Qui ses saintes vertus rares
Ont souillé premierement.

Antistrophe 1

J’ai sous l’esselle un carquois
Gros de fleches nompareilles,
Qui ne font bruire leurs vois
Que pour les doctes oreilles :
Leur roideur n’est apparante,
A telle bande ignorante,
Quand l’une d’elles annonce
L’honneur que mon arc enfonce :
Entre toutes j’elirai
La mieus sonnante, & de celle
Par la terre universelle
Ses vertus je publirai.

Epode 1

Sus mon Ame, ouvre la porte
A tes vers plus dous que miel,
Affin qu’une fureur sorte
Pour la ravir jusque au ciel :
Du croc arrache la Lire
Qui tant de gloire t’aquit,
Et vien sus ses cordes dire
Comme la Nimphe náquit.

Strophe 2

Par un miracle nouveau
Pallas du bout de sa lance
Ouvrit un peu le cerveau
De François seigneur de France.
Adonques Vierge nouvelle
Tu sortis de sa cervelle,
Et les Muses qui te prindrent
En leurs sçiences t’apprindrent :
Mais quand le tens eut parfait
L’acroissance de ton age,
Tu pensas en ton courage,
De mettre à chef un grand fait.

Antistrophe 2

Tes mains s’armerent alors
De l’horreur de deus grands haches :
Tes braz, tes flancs, & ton cors,
Sous un double fer tu caches :
Une menassante creste
Branloit au hault de ta teste
Joant sur la face horrible
D’une Meduse terrible :
Ainsi tu alas trouver
Le vilain monstre Ignorance,
Qui souloit toute la France
Desous son ventre couver.

Epode 2

L’ire qui la Beste offense
En vain irrita son cueur,
Pour la pousser en defense
S’opposant au bras vainqueur :
Car le fer pront à l’abatre
Ja dans son ventre est caché,
Et ja trois fois voire quatre,
Le cueur lui a recherché.

Strophe 3

Le Monstre gist étandu,
De son sang l’herbe se mouille :
Aus Muses tu as pandu
Pour Trophée sa depouille :
Puis versant de ta poitrine
Mainte source de doctrine,
Au vrai tu nous fais connoistre
Le miracle de ton estre.
Pour cela je chanterai
Ce bel hinne de victoire,
Et de France à la Gent noire
L’enseigne j’en planterai.

Antistrophe 3

Mais moi qui suis le témoin
De ton los qui le monde orne,
Il ne faut ruer si loin
Que mon trait passe la borne :
Frape à ce coup Marguerite,
Et te fiche en son merite,
Qui luit comme une planette
Ardante la nuit brunette.
Repandon devant ses yeus
Ma musique toute neuve
Et ma douceur qui abreuve
L’honneur alteré des cieus.

Epode 3

Affin que la Nimphe voie
Que mon luc premierement
Aus François montra la voie
De sonner si proprement :
Et comme imprimant ma trace
Au champ Attiq’ & Romain,
Callimaq’, Pindare, Horace,
Je deterrai de ma main.

Retour en haut de la page


Ode I, 5. La victoire de François de Bourbon Conte d’Anguien à Cerizoles (Lm. 1, p. 82-89)

Strophe 1.

L’hinne que Marot te fit
Apres l’heur de ta victoire,
Prince vainqueur, ne sufit
Pour eternizer ta gloire.
Je confesse bien qu’a l’heure
Sa plume étoit la meilleure
A desseiner simplement
Les premiers trais seulement,
Attendant la main parfaite
D’un ouvrier ingenieus,
Par qui elle seroit faite
Jusque au comble de son mieus.

Antistrophe 1

Ores moi qui tien au poin
L’arc des Muses bien peignées,
J’envoirai le los plus loin
De tes couronnes gaignées,
Faisant bruire ta victoire
Desus ma Lire d’ivoire,
Tes coups de masse, & l’horreur
De ta vaillante fureur
Qui tonnoit en ton jeune age,
Moissonnant les ennemis
Que le martial orage
Devant ta foudre avoit mis.

Epode 1

Voi voler mon dart etrange
Par ma muse emmiellé,
Et de ta victoire ailé
Qui vient ficher ta louange.
Ores il ne faut point mettre
En avant un petit metre :
[Ni un chant qui ne peut plaire
Qu’aus oreilles du vulgaire :]
Mais des vers parfais & bons
Faisant craqueter & dire
Desus les nerfs de ma Lire
François, l’honneur des Bourbons.

Strophe 2

Qui en la prime saison,
Ou la jeunesse dorée
Epand sa crespe toison
Sur la joue colorée,
Par la pointe de sa lance
Reveilla l’honneur de France,
Aiant brisé la vertu
Du vieil Marquis abatu,
Et coupant les nerfs d’Espaigne
Sans force les a rendus,
Emmoncelant la campaigne
De soudars mors etendus.

Antistrophe 2

Comme un afamé Lion
Qui de soif la gorge a cuite,
Tout seul donte un million
De cerfs legers à la fuite :
Ainsi rouant ta grand masse
De mors tu paves la place,
Foudroiant, froissant, brisant,
L’Aleman contredisant,
Et brulé de la victoire
Tu engraves sur son dos
En lettres rouges, la gloire
De la France & de ton los.

Epode 2

Jamais la Muse ne soufre
Q’un silence soumeillant
En ses tenebres engoufre
Les faits d’un homme vaillant.
La France ne voit encore
De nul Prince qu’elle honnore
La gloire si bien emprainte
Comme j’ai la tienne painte,
Dardant le nom par mes vers
De toi Prince, qui es dinne
D’estre seigneur de mon hinne,
Voire de tout l’univers.

Strophe 3

Muses ne vaut-il pas mieus
Que moi harpeur de la gloire
Aus vieus Bourbons ses aieus
Je face ouir sa victoire ?
Seule douce recompense
Des coups & de la depense,
Car la poudre des tumbeaus
N’engarde que les faits beaus
Des fils heureus & prosperes,
Viennent là bas rejouir
Les oreilles de leurs peres
Alterés de les ouir.

Antistrophe 3

Fille du neveu d’Atlas
Poste du monde ou nous sommes,
Qui n’eus onques le bec las
De chanter les faits des hommes,
Va-tan là bas sous la terre
Et à Charles, & à Pierre,
Di que François leur neveu
Aujourdui vainqueur s’est veu
De l’Imperialle audace,
Tremblante desous sa main,
N’aiant dementi sa face
Par un fait couard & vain.

Epode 3

Autour de la vie humaine
Maint orage va volant,
Qui ores le bien ameine
Ores le mal violant :
La face de la Fortune
Ne se montre aus Rois toute une,
Et jamais nul ne se treuve
Qui jusque à la fin epreuve
L’entiere felicité.
Les hommes journaliers meurent,
Les dieus seulement demeurent
Exentés d’aversité.

Retour en haut de la page


Ode I, 6. Au seigneur Carnavalet (Lm. 1, p. 90-98)

Strophe 1

Ma promesse ne veut pas
Que ton nom tumbe la bas
Orphelin du vrai honneur,
Ne sans avoir connoissance
Combien Ronsard à puissance,
Et dequoi il est donneur.
Muses filles de ce Dieu
Par qui la foudre est lancée,
Venéz moi dire en quel lieu
Il est peint dans ma pensée :
En oubli je l’avoi mis
Laissant glisser la memoire
Qu’autresfois je lui promis
Verser au monde sa gloire :
Mais de main heureuse & forte
Chassez l’injure, de sorte
Qu’il voie parfaitement,
Que nulle mortelle chose
Ferme ne fut onques close
Sous l’huis de l’entendement.

Antistrophe 1

Le tens venant de bien loin
M’a blasmé comme témoin
Du paiment de mon devoir,
Mais au pis aler l’usure
Raclera toute l’injure
Que j’en pourroi recevoir :
C’est un travail de bon heur
Chanter les hommes louables,
Et leur bastir un honneur
Seul vainqueur des ans muables.
Le marbre, ou l’airain vétu
D’un labeur vif par l’enclume,
N’animent pas la vertu
Comme je fai par ma plume :
Ores donq’ ta renommée
Voira les cieus, animée
Par le labeur de mes dois :
Telle durable richesse
Sur la Roiale largesse
Heureuse estimer tu dois.

Epode 1

Quelle louange premiere
T’ardera par l’univers,
Flamboiant en la lumiere
Que degorgeront mes vers ?
Dirai-je l’experience
Que tu as en la sçience,
Ou ta main qui sçait l’adresse
De façonner la jeunesse
L’acheminant à bon train,
Ou ton art qui ammonneste
L’esprit de la fiere beste
Se rendre docile au frain ?

Strophe 2

Qu’aporta du ciel Pallas
Au beau Bellerophon las
De vouloir en vain donter
Le fils ailé de Meduse,
Qui en regimbant refuse
Le soufrir sur lui monter :
Quand la nuit il entendit
Pallas des soudars la guide,
Dont le hault cri lui a dit,
Dors-tu la race Aiolide ?
Pren le secours de tés maus
Cette medecine douce,
Laquelle des fiers chevaus
Le gros courage repousse,
Lui qui soudain se reveille
De voir le frain s’emerveille,
Et le prenant la caché,
Dans l’opiniatre bouche
Du cheval, non plus farouche
L’aiant un petit maché.

Antistrophe 2

Lors le joignant de plus pres
Osa tanter l’air apres
Monté sur le dos volant,
Et se jouant en ses armes
Fist de merveilleus alarmes
Devoutant l’arc violant :
La puante ame il embla
De la Chimere à trois formes,
Et le col lui dessembla
Hors de ses testes difformes,
A terre morte il rua
Des guerrières la vaillance,
Mais quel mechef le tua
Je le passe sous silence :
Les Craiches des Dieus receurent
Le cheval qu’els’ apperceurent
Culbuter son maistre a bas.
L’homme qui veut entreprendre
Tanter les cieus doit apprendre
A s’élever par compas.

Epode 2

Automedon, ne Stenelle
Dont la longue antiquité
Chante la gloire eternelle
La tienne n’ont merité :
Ou soit pour rendre docile
L’ardant cheval dificile,
Ou soit pour le faire adestre
A la gauche & à la destre
Obeissant à tes lois,
Afin que par ta conduite
Il puisse tourner en fuite
Le camp ennemi des Rois.

Strophe 3

Tes vieus aieus maternels
Et tes oncles paternels
Divers champs ont habité :
Mais toi seul qui leur succedes
Des deus tu tiens & possedes
Les biens qu’ils ont herité.
Quand la bize vient facher
La proue qu’el’ soufle & vire,
Alors il fait bon lacher
Deus ancres de son navire.
La France te va louant
Pour son fils, & la Bretaigne
De t’aller sien avouant
Si grand honneur ne dedaigne :
Mais tu és fils legitime
De la vertu qui t’estime
T’ornant de ses dons divers,
Pour ce-la ma douce corde
Parlant ta gloire s’accorde
Avecq’ le son de mes vers.

Antistrophe 3

Lesquels en douceur parfaits
Apparoistre ce sont faits
Sur le rivage du Loir,
Consacrans à la memoire
Les vertueus, qui leur gloire
Ne mettent en nonchaloir.
Comme le fils qu’un pere a
De sa fame en sa vieillesse,
Ainsi mon chant te plaira
Bien que tard je te le laisse.
Le mourant n’a tant d’ennui
Lachant sa richesse exquise
Aus etrangers, qui de lui
Raviront la chose aquise,
Comme celui qui devale
Dedans la barque infernale
De mes hinnes devétu :
En vain l’on travaille au monde
Si la lirique faconde
Fait muéte la vertu.

Epode 3

Mais la mienne emmiellée
Qui sçait les lois de mon doi,
Aveq’ les flutes meslée
Chassera l’oubli de toi.
Les neuf divines Pucelles
Gardent la gloire chez elles,
Et mon luc quels ont fait éstre
De leurs secrés le grand prestre,
Bruiant un chant solennel,
Epandra de sus ta face
Le dous sucre de sa grace,
Dont le gout semble eternel.

Retour en haut de la page

1565

Abbregé de l’art poëtique François (Lm., t. 14, p. 8-9, l. 89-114)

“Tout ainsi que les vers Latins ont leurs piedz, comme tu sçais, nous avons en nostre Poësie Françoise, de laquelle je veux traicter icy, une certaine mesure de syllabes, selon le dessein des carmes que nous entreprenons composer, qui ne se peut outrepasser sans offencer la loy de nostre vers, desquelles mesures et nombre de syllabes, nous traiterons après plus amplement. Nous avons aussi une certaine cæsure de la voyelle e, laquelle se mange toutes les fois qu’elle est rencontrée d’une autre voyelle ou diftongue, pourveu que la voyelle qui suit e n’ait poinct la force de consonne. Apres, à l’imitation de quelqu’un de ce temps, tu feras tes vers masculins et fœminins tant qu’il te sera possible, pour estre plus propres à la Musique et accord des instrumens, en faveur desquelz il semble que la Poësie soit née : car la Poësie sans les instrumens, ou sans la grace d’une seule ou plusieurs voix, n’est nullement aggreable, non plus que les instrumens sans estres animez de la melodie d’une plaisante voix. Si de fortune tu as composé les deux premiers vers masculins, tu feras les deux autres fœminins, et paracheveras de mesme mesure le reste de ton Elegie ou chanson, afin que les Musiciens les puissent plus facilement accorder. Quant aux vers lyriques, tu feras le premier couplet à ta volonté, pourveu que les autres suyvent la trace du premier.”

Retour en haut de la page


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sicard (23 mai 2023). La musique dans les vers de Ronsard. RonsArt. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://ronsart.hypotheses.org/2


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search