René Berton, La Victoire de Ronsard. Un acte en vers, 1924

Berton René, La Victoire de Ronsard, un acte en vers, Paris, Librairie théâtrale, 1924. L’exemplaire collationné est conservé à la bibliothèque de l’Arsenal sous la cote THN-32907. La pièce a été représentée pour la première fois, sur la scène de la Comédie-Française, le 11 octobre 1924. Fiche de la pièce : Les Archives du spectacle.


Personnages.

La scène se passe au château de la Possonnerie [sic], en Vendômois, en 1570.

Il a été tiré à part : douze exemplaires sur papier de Hollande numérotés à la presse.


La victoire de Ronsard

Le décor représente la salle-bibliothèque du château de la Possonnerie. Au premier plan, table surchargée de livres et de papiers. Au fond, large baie ouverte par où on aperçoit les grands arbres du parc.

Au lever du rideau, RONSARD est assis devant la table et écrit.

La porte s’ouvre et HÉLÈNE DE SURGÈRES, en costume de voyage, apparaît. Elle s’arrête sur le seuil et regarde en souriant Ronsard qui ne l’a pas entendue rentrer. Celui-ci, qui a fini d’écrire, renverse sa tête sur le dossier du fauteuil et semble rêver. Hélène s’avance vers lui doucement par derrière et lui met les deux mains sur les épaules en appuyant son front contre le sien.

***

Hélène, gaîment.

Bonjour, ami Ronsard !

Ronsard, sursautant, joyeux.

                                          Hélène !

Hélène

                                                           Eh quoi toujours
À rimer…? Chantez-vous de nouvelles amours !
Le Roi, vous le savez, a pour vous grande estime,
Grande admiration, du reste légitime :
Vous êtes le plus grand des poètes français,
Donc votre place est à la Cour.

Ronsard

                                                         Oui, oui je sais…
Le Roi me veut avoir près de lui dans sa lice,
Pour mieux assujettir ma Muse à son caprice.

Hélène

Oh! vous croyez ?

Ronsard

                                  Oui, certe ! Il me commanderait
Des poèmes pour ses maîtresses ; il faudrait
Que ma verve toujours à l’égayer fut prête :
Comme il a son bouffon, il aurait son poète !…

S’échauffant peu à peu.

Je devrais, pour rester le favori du Roi,
Abdiquer tout orgueil et ne plus être moi…?
Je serais obligé d’être aimable, par ordre,
Et de serrer des mains quand je voudrais les mordre ;
D’avoir double visage et mettre chapeau bas
Devant des gens que je mépriserais…? Non pas !
Un poète n’est pas un courtisan, Madame ;
Il n’obéit qu’au dieu qui chante dans son âme
Et porte autour du front couronne de clarté
Qui fait de lui l’égal de toute royauté…!
Je resterai céans où je puis, quoi qu’on dise,
Rêver tout à mon aise et rimer à ma guise.

Hélène

Vous allez vivre ici tout seul…? Mais c’est affreux !

Ronsard, avec un sourire un peu triste.

On [n’]est jamais tout seul quand on est amoureux
Et qu’on a dans le cœur une douleur secrète…
On n’est jamais tout seul lorsque l’on est poète,
Car on a le pouvoir, en créant la beauté,
De donner de la vie à l’irréalité…

Montrant les arbres du parc.

Seul, moi… Mais quand je suis sous l’ombre de ce rouvre
Je suis plus entouré que le Roi dans son Louvre !
La forêt de Gastine est mon palais à moi,
Et jamais Souverain n’a courbé sous sa loi
Autant de courtisans que n’en courbe la mienne !…
Dans les sentiers feuillus lorsque je me promène,
Solitaire et rêveur, j’entends distinctement
Mille petites voix qui chuchotent gaîment :
– “C’est Ronsard, notre ami, qui sait si bien traduire
“Dans la langue des dieux ce que nous savons dire…
“Nous pouvons approcher, tous, sans crainte !…” Et, [je vois*]
Surgir de tous côtés ceux dont j’entends la voix :
Ce sont les Egipans, au front orné de lierre,
Dont les sabots fourchus résonnent sur la pierre…
Les Sylvains, plus ventrus que tonne le Corton…
Les Satyres, portant barbichette au menton,
Ainsi que boucs lascifs… puis les Hamadryades,
Les Nymphes aux bras blancs, les belles Oréades,
Dont la vertu farouche est toujours en émoi,
Viennent, à pas furtifs, rôder autour de moi,
Et caressent mon front de leurs mains de lumière…
Et tout ce petit peuple, assis dans la clairière,
Me parle et je comprends son langage. On me dit
Des secrets que jamais profane n’entendit :
Ce que le vent murmure aux branches qu’il caresse…
La chanson des ruisseaux, la plainte de détresse
Que lancent vers le ciel le chênes orgueilleux
Lorsque le bucheron les mesure des yeux,
Et leur cri de douleur quand la cognée aiguë
En les frappant au cœur, implacable les tue…

Hélène

Mais lorsque vous rentrez, le soir, en ce logis,
Vous êtes seul, alors !… Que faites-vous ?

Ronsard

                                                                            J’écris
Tous ces secrets que l’on m’a dits. Je m’ingénie
À mettre dans mes vers un peu de l’harmonie
Que la grande Nature, infatigablement,
Disperse autour de nous. Dans le recueillement,
Je tâche de donner à mes vers cette grâce
Qu’on admire dans ceux de Virgile ou d’Horace,
Je cherche à faire rendre au rythme un nouveau son ;
Je le manie et l’assouplis à ma façon,
Ainsi que le vannier, qui de sa main agile,
Courbe dans tous les sens le brin d’osier docile…
Tantôt mes vers s’en vont, accouplés deux par deux,
Traçant sur le papier leur sillon lumineux,
Avec le double soc de leurs rimes jumelles ;
Et tantôt, au contraire, ouvrant tout grand leurs ailes,
Courant après la rime, ils sautent par dessus
L’un l’autre, plus légers, plus vifs et ne sont plus
Obligés d’obéir à la même cadence…
Ah quel ravissement et quelle joie immense
(Dont je serais privé dans ce bruyant Paris !)
De voir là, sous mes yeux, au moment où j’écris,
Se former lentement, dans sa ligne plus claire,
Le contour délicat d’une strophe légère ;
Ou bien, lorsque Clio me conduit par la main,
Et que ma plume court sur le blanc parchemin,
De regarder marcher dans les strophes épiques
Leurs jambages dressés en l’air, comme des piques,
Et leurs rimes sonnant ainsi que tambourins,
Le bataillon serré des grands alexandrins !…

Hélène

Mais pourquoi tenez-vous, dans vos œuvres, langage
Si savant…? Je l’avoue à ma honte, j’enrage
De trouver dans vos vers des mots nouveaux, nombreux,
Que je ne comprends pas… et c’est fort ennuyeux.

Ronsard

Quand vous les comprendrez, vous en serez ravie.
Ce que vous entendez par mots nouveaux, ma mie,
Ne sont pour la plupart que mots français très vieux
Que j’ai su découvrir au parler des aïeux ;
Ils étaient oubliés, je les ai fait renaître.

Hélène

Et les autres ?

Ronsard, souriant.

                          Les autres ? Je dois reconnaître
Qu’ils sont de ma façon et nouveaux, en effet.
Dans les langues de Grèce et de Rome j’ai fait
Un choix de certains mots qui manquaient dans la nôtre ;
J’ai su les revêtir d’une forme tout autre
Et n’ai pas hésité de faire, oh sans excès,
Avec des mots latins et grecs, des mots français.
Sans doute quelque jour, un critique sagace
Saura me repocher mon orgueilleuse audace
D’avoir, sans consulter linguistes Sorbonnards,
Voulu légitimer tous ces termes bâtards
En les introduisant dans la langue française…
Il me suffit à moi que la chose me plaise !…
La langue d’un pays aussi grand que le mien
N’est jamais assez riche et je crois faire bien
En puisant aux autres langages qu’on délaisse,
Pour tâcher d’augmenter encore sa richesse…

Souriant.

Mais tranquillisez-vous, ma mie : à l’avenir,
Et c’est un grand serment que je saurai tenir,
Mes vers ne seront plus lecture décevante
Pour vous ; je laisserai ma Muse trop savante
Se reposer un peu ; mon esprit se taira
Et c’est mon cœur, mon cœur seul qui vous parlera.

Hélène, s’approchant de la fenêtre.

Mais j’aperçois là-bas Martine qui m’appelle ;
La chaise est attelée… Oh minute cruelle
Des séparations !

Ronsard

                                 Restez encore un peu,
De grâce.

Hélène

L’on m’attend !… Il faut nous dire adieu.

Ronsard

Vous ne voyez donc pas combien grande est ma peine
De vous perdre en ce jour, à tout jamais, Hélène ?

Hélène

À tout jamais ?

Souriant d’un air entendu.

Nous nous reverrons à la Cour.

Ronsard

Non, non, car ce serait tuer mon cher amour,
Et je veux le garder bien vivant dans mon âme,
Jusqu’à mon dernier jour… Hélène !

Il lui prend la main.

Hélène, se dégageant.

On me réclame.

Ronsard

Adieu donc, mon amour, mon orgueil, ma beauté !…
Comment vivrai-je, après que vous m’aurez quitté…?
Vous emportez ma vie au creux de vos mains blanches…

Hélène

Vous m’enverrez des vers ; je veux, tous les dimanches,
Avoir un beau poème où vous célèbrerez
Hélène de Surgères.

Ronsard

Oui, oui.

Hélène

                                                           Vous m’écrirez ?
Vous me le promettez ?

Ronsard

                                            Je vous le jure, Hélène.
Vous recevrez là-bas, au moins chaque semaine,
Des vers où je mettrai tout mon amour pour vous…
Quand vous les aurez lus, prenez sur vos genoux
Tous les feuillets épars et plongez-y la face ;
Vous sentirez en vous comme un frisson qui passe,
Car c’est tout mon bonheur que vous respirerez…
Après, si vous voulez, vous les déchirerez !

Hélène, un peu émue s’approche de la table.

Hélène

Qu’écriviez-vous, ami, lorsque je suis entrée ?
Des vers ?

Ronsard

Parbleu !

Hélène, souriant.

Pour qui ?

Ronsard

Pour… Madame d’Astrée.

Hélène, bondissant.

Pour la Catau ?… Mais c’est impossible !
Pour qui ?

Ronsard

Lisez.

Hélène, lisant.

“Sonnet pour Hélène.”…

Baissant la tête, confuse.

Oh, pardon !

Ronsard

Oui, ces vers sont pour vous, ma mie et je vous jure
Que la sotte Catau n’en aura pas lecture.

Hélène, lui prenant les mains.

Oh pardon, grand ami, d’avoir douté de vous !…
Je veux les écouter, le front sur vos genoux,
Et votre chère main emmêlée à la mienne,
Ces vers que vous avez écrits pour votre Hélène.

Elle s’assied à ses pieds le front sur ses genoux.

Lisez !

Ronsard, malicieusement.

On vous attend et vos chevaux sont prêts.

Hélène

Lisez… Je m’en irai, bien plus heureuse, après.

Ronsard, lisant.

                           Sonnet pour Hélène
“Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle
“Assise auprès du feu, dévidant et filant,
“Direz, lisant mes vers en vous émerveillant :
“Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.

“Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
“Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
“Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant,
“Bénissant votre nom de louange immortelle.

“Je serai sous la terre, et, fantôme sans os,
“Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :
“Vous serez au foyer une vieille accroupie,

“Regrettant mon amour et votre fier dédain.
“Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
“Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

Un temps. Hélène, haletante, les yeux mouillés de larmes, le regarde sans rien dire.

Ronsard, pliant le papier.

Je vous donne ces vers ; vous les emporterez
À Paris… à la Cour ; ils sont à vous, du reste.
Méditez-les… peut-être un jour, vous reviendrez…
Et maintenant, Hélène, il faut partir.

Hélène, lui entourant le cou de ses bras, la tête sur sa poitrine.

Je reste !

Rideau.


* Le cliché de travail ayant servi à la transcription tronque la fin de ce vers. Nous en rétablissons le texte supposé d’après le compte du vers et la rime mais indiquons entre crochets le passage manquant, dans l’attente de la vérification du texte réellement porté par l’exemplaire.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sicard (24 mai 2023). René Berton, La Victoire de Ronsard. Un acte en vers, 1924. RonsArt. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://ronsart.hypotheses.org/197


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search